Désirer-Décider plutôt que Désirer-Souffrir

Je vais me remettre à écrire sur le blog. Cependant, comme j’écris davantage sur des choses qui sont derrière le mental, ce que j’écris peut sembler plus désordonné puisque ce n’est pas directement expérimenté par le mental. Mais si vous utilisez le mental pour défaire le mental, alors vous remontez directement vers les plans de conscience supérieurs, pour voir ce qu’il y a derrière le mental.

Il y a deux manières de désirer. Comme on confond les deux, il est difficile de comprendre ce dont parlent les «maîtres». Certains disent qu’il ne faut pas avoir de désirs, d’autres qu’ils ne faut pas souffrir pour pouvoir créer du positif. Certains disent qu’on peut être sans désir et d’autres qu’on ne peut pas être sans désirs.

Tout cela est vrai, parce que tous n’emploient pas le même sens pour le mot désir. En fait, à l’origine, nous sommes tous parfaitement complets, parfaits. Nous résidons dans le Divin, parfaitement heureux. Donc il n’y a pas de désir au sens où on l’entend, c’est-à-dire au sens d’un manque à combler.

Cependant, quand la Création suit son cours, nous avons tendance à devenir hypnotisés. Et plutôt que de simplement créer au fur et à mesure, nous considérons comme vrai que nous sommes limités, que nous avons des manques alors nous souffrons de la compression qui en résulte. Nous comprimons l’infini de l’âme dans l’expérience terrestre. Et alors le désir n’est plus une décision dans la Création mais une souffrance, un problème qu’il faut résoudre.

Alors le mental s’active pour combler le désir et quand le désir est rassasié, il y a un sentiment de paix qui vient du fait que le mental s’apaise et que la perspective «je suis complète» de l’âme est temporairement reprise. Mais ensuite, comme la conception de l’expérience n’a pas changé, un nouveau manque est supposé et la souffrance redémarre, le mental redevient prédominant et obsède. C’est un cycle infernal de compulsions.

Mais si nous lâchons la douleur du désir alors nous remontons immédiatement. Nous sortons la tête de l’eau. Et le désir n’est plus qu’une décision et n’est pas un inconfort, une souffrance interminable. Les désirs-souffrance sont une agonie mais les désirs-décisions nous font accéder à la joie de créer. C’est une joie profonde parce qu’elle est directement en écho avec notre nature. Cependant, la clef est effectivement dans le fait que nous n’avons pas de besoins, donc pas de besoin de créer pour être. C’est «être» qui est important.

C’est là que les enseignements se rejoignent. Vous ne pouvez pas être sans désirs car le fait de regarder la Création déclenche des désirs. Mais il faut lâcher le désir-souffrance pour désirer-décider et donc créer. Désirer-souffrir est contradictoire avec le fait d’être, d’avoir, de faire. Quand nous désirons-décidons alors nous sommes libres et la vie est un rêve que nous modifions progressivement.

Les choses sont comme plus lointaines parce que nous avons la perspective de l’âme. Manifester ses pensées devient incroyablement facile et rapide. Notamment parce que le temps devient un processus agréable au lieu d’être une cause d’impatience et donc de souffrance. Cela devient tellement facile que ça en semble absurde au début.

Simultanément, vous pouvez être sans désir mais à ce moment-là vous vous reposez purement dans l’être, sans aucune création. C’est ce qui se produit dans le sommeil sans rêves. Il n’y a plus de Création, elle nous a trop fait souffrir durant la journée alors nous nous réfugions dans l’Être pur, sans création. Et là, le mental est en stase, parfaitement inactif et nous sommes libérés du tourbillon incessant des pensées.

En comparaison, le désir-souffrance nous implique à fond dans la Création, qui devient création à petit niveau. Cela nous fait faire des efforts, qui sont fatigants. Le désir-décision nous libère en nous permettant de ne pas nous identifier à la situation actuelle. Et là, nous sommes libres de faire tout le travail qu’il faut mais sans souffrir. Nous sommes bien plus efficaces.

Ebook

J’ai sorti un ebook, vous pouvez le télécharger dans le menu en haut.

Je n’ai pas beaucoup écrit ces derniers temps car j’ai eu beaucoup de travail et d’expériences importantes à faire. Cependant, suite à de nombreuses demandes, j’ai cristallisé mes idées les plus importantes dans cet ebook. Par ailleurs, il est sous une licence vous permettant de le rediffuser à volonté tant que ce n’est pas commercial. Vous ne pouvez donc pas vous l’approprier ou m’en retirer la parenté, vous ne pouvez pas non plus en faire des oeuvres dérivées à moins d’avoir mon accord. Vous pouvez le faire passer à volonté alors ne vous privez pas, c’est simplement que vous ne pouvez pas modifier les fichiers.

Il fait un peu plus de 40000 mots. Il est finalement assez court. Il retrace toutes les choses importantes selon moi pour pouvoir se concentrer dans les temps troublés que nous connaissons et continuer de créer par loi d’attraction et autres. Il comporte ma conception plus générale des choses. J’espère qu’il vous plaira, c’est la première fois que je rédige quelque chose d’aussi long. Comme il est auto-édité, il peut rester des coquilles alors veuillez m’excuser. Si vous le désirez dans un format supplémentaire, vous pouvez me le suggérer par le formulaire de contact.

Vous pouvez aussi me suggérer d’autres choses, le critiquer etc. Je suis à l’écoute, passez par mon mail ou le formulaire de contact.

Je vais par ailleurs me remettre à écrire davantage sur le site. Il faut que j’explique plus de choses.

Auteurs intéressants

Etant donné que je suis très occupé en ce moment et que je n’ai pas le temps d’écrire autant que je voudrais. Je vais donner quelques descriptions d’auteurs intéressants dont j’ai parcouru les textes. Il est plus intéressant que je donne un ensemble d’indications importantes que de constamment expliquer des choses.

C’est un peu comme en matière d’argent. Il y a ceux qui ne veulent pas s’instruire et qui font mauvais usage de leur argent et qui se plaignent d’être pauvres. Il y a ceux qui veulent s’instruire à moindre coût parce qu’ils sont presque aussi paresseux et qui se font arnaquer par d’autres en leur demandant conseil. Et puis il y a ceux qui s’instruisent sérieusement et qui corrigent leur trajectoire financière.

C’est un peu pareil, la philosophie de fond est d’apprendre à pêcher plutôt que de demander du poisson. Et je pense qu’une certaine sélection d’auteurs peut aider. La majeure partie des notions d’attraction et de réussite associées sont déjà utilisées depuis longtemps mais leur étude n’est pas facile. D’autre part, la compréhension intellectuelle n’a rien à voir avec la pratique et la connaissance qui en résulte. On ne peut pas se dispenser d’étudier sérieusement si on veut parvenir à des résultats concrets.

Enfin je dirais que cela est une formidable économie de temps. Passer son temps à survoler des sujets est méprisable. Il vaut mieux lire un livre complet sur un sujet plutôt que de croire qu’une simple conversation de dix minutes vous permet de comprendre quoi que ce soit d’intéressant. Il veut mieux passer 120 minutes à lire un livre pour comprendre pour longtemps plutôt que de devoir passer 20 conversations de moins de 10 minutes pour ne rien en tirer de concluant.

Je méprise d’ailleurs totalement tout ce qui est superficiel. Je ne m’intéresse pas à ce qu’on baragouine sur les chaînes « d’information », la radio, les réseaux sociaux ou les blogs qui ne se prennent pas la peine de développer. Ces choses et la télévision et la radio en général sont de la pollution, de la merde en barre. Si je veux m’enrichir, j’écoute ce que dit un milliardaire qui est né pauvre. Si je veux être en bonne santé, je lis un livre d’une personne qui a rétabli sa santé. Si je veux comprendre quelque chose de spirituel, je regarde à l’expérience de celui qui a vécu quelque chose mystique. Tous les militants et autres experts au CV vide n’en valent pas la peine.

C’est comme ça que j’ai sélectionné une série d’auteurs qui ont une véritable expérience. Je ne m’intéresse pas aux pseudos experts et aux travaux des critiques. J’ai trouvé une série de travaux qui expliquent très clairement ce que vivent les auteurs. Ce qui m’intéresse, c’est la méthode et la rigueur que les gens développent. C’est pour cela que dans mon blog, je montre toujours ce que j’ai vécu et que j’essaie de l’expliquer au mieux, de montrer les points importants, les tournants, les méthodes, les lois.

Mais voilà, la plupart des questions ou des sollicitations que je reçois montre bien que les gens comprennent ce que je dis à un niveau intellectuel mais ne l’appliquent pas. Ou alors, ils ont compréhension mais trop partielle. Ou encore, il ont une compréhension assez complète mais n’expérimentent pas eux-mêmes. C’est pour cela que je donne une liste d’auteurs et de tendances. L’important c’est que chacun compose ses méthodes à partir des méthodes des autres qui lui correspondent.

Vous n’êtes pas là pour refaire toutes les erreurs qu’on fait vos prédécesseurs. Trouvez les méthodes qui fonctionnent pour vous. Rien ne peut remplacer votre propre application. De nos jours, on veut faire croire que c’est bien de faire des erreurs pour cacher la dégénérescence intellectuelle. Par exemple, c’est très à la mode pour justifier la décadence du niveau scolaire (et intellectuel je pense aussi) en France. On voudrait nous faire croire que c’est bien que les enfants se plantent à l’école. Le dernier de la classe serait donc le premier. Faire des erreurs permettrait d’apprendre.

Je crois que c’est faux en général. On doit apprendre des méthodes. Si on veut un résultat, alors on doit appliquer la méthode de ceux qui ont obtenu le même résultat ou du moins établir une nouvelle méthode à partir de ce qui existe déjà. Les enfants par exemple vont à l’école pour apprendre à faire au moins aussi bien que leurs ancêtres ont pu faire en établissant les meilleures méthodes. L’erreur en appliquant une méthode déjà établie montre soit de la paresse (méthode mal apprise), soit de la limitation intellectuelle (méthode ne pouvant pas être apprise). La seconde n’est pas si grave puisque l’apprentissage des méthodes permet déjà de dépasser les premières limitations. La première en revanche est grave. C’est sans doute la raison pour laquelle il y a des fautes d’orthographe ou de grammaire dans mon blog, c’est parce qu’étant gamin je n’avais pas suffisamment de mémoire pour apprendre correctement tout et le retenir et qu’en plus par paresse je ne voulais pas faire mes exercices. Pas d’excuses.

Je crois aussi qu’une personne qui s’étudie attentivement peut dépasser grand nombre de ses premières limitations en apprenant à conditionner la partie subconsciente de son esprit pour atteindre n’importe quel objectif. C’est pour cela que je ne crois pas au conditionnement social dans le sens où il peut être entièrement balayé par la rigueur de la pensée. On le voit tous les jours par l’exemple financier des gens riches qui perdent leur statut et des gens totalement pauvres qui montent soudainement en flèche.

La personne qui innove est au fond la seule qui puisse faire des erreurs. Les chercheurs font des erreurs, les entrepreneurs font des erreurs, les artisans, etc. Tous ceux qui cherchent à améliorer leurs méthodes font des erreurs. C’est très bien ainsi parce que c’est comme ça qu’on ouvre la voie. Je ne vois pas comment les questions spirituelles pourraient être mises à l’écart de cette rigueur de la pensée. De plus, je ne vois pas pourquoi je devrais perdre des années à réinventer la roue.

Alors évidemment, il y a ceux qui vous diront : « ah mais oui mais chacun est différent et puis la spiritualité vous voyez c’est vraiment très personnel et puis chaque âme a son chemin et puis gnagnagnagnagnagna ». Ben non hein, malheureusement pour tous les tocards qui se complaisent à rester à la surface des choses et à vous vendre de la merde, rien n’est comme ça. Par exemple, la plupart des gens qui vivent des expériences médiumniques vivent des choses à 99% similaires dans les ressentis, le déroulement, la fréquence des expériences et ainsi de suite. C’est d’ailleurs ce qui indique le mieux qu’ils ne sont pas fous. Les méthodes qui

Alors, vous pouvez soit rester à la surface des choses et puis vous plaindre que rien ne tourne rond ou alors être un peu sérieux et voir du progrès. Puis dans la liste, j’ai pris vraiment les meilleurs pas ceux qui recomposent à leur sauce ensuite les enseignements des premiers. Je suis sûr que vous saurez trouver les livres ou les audios pour pas cher.

Liste (pas dans l’ordre chronologique) :

1) Dale Carnegie : Pour moi, c’est le premier auteur et un des plus anciens. Il a posé tous les fondements de la méthode et de la rigueur et de la discipline. C’est un des premiers à avoir considéré que les gens ne maîtrisent pas leur pensée et en expérimentent les conséquences.

2) Napoleon Hill : C’est le premier à avoir étudié aussi complètement les gens qui réussissent extraordinairement bien (financièrement mais dans les autres aspects de la vie aussi). J’aime beaucoup sa manière d’étudier avec rigueur le succès et de formuler les lois qui permettent de l’atteindre en comprenant l’influence de loi d’attraction ou de l’Intelligence divine. C’était en fait un médium affirmé (au sens une personne qui se sert consciemment des facultés que nous avons tous), on s’en rend compte lorsqu’on lit entièrement son oeuvre, notamment les derniers livres (publiés des décennies après sa mort) qui sont davantage psychographiés qu’écrits par lui-même. Il a vécu beaucoup d’expériences mystiques et a enseigné des méthodes permettant à de très nombreuses personnes de se sortir de la misère durant la crise de 1929 et les années qui suivirent. Il a notamment très bien décrit dans Outwitting the Devil comment l’aspect négatif de l’Univers cherche à nous dominer. J’ai lu ses livres en fait après avoir découvert moi-même la même chose que lui et j’ai trouvé des formulations très intéressantes et très éclairantes d’expériences que je ne pouvais pas décrire correctement au premier abord.

3) Allan Kardec (Louis Rivail) : C’est un des pères fondateurs du spiritualisme français. Il a permis de condenser les travaux spiritualistes dans des livres fondateurs mais qui sont pour moi dépassés maintenant à cause de la trop forte influence personnel de Kardec lui-même. La véritable morale chrétienne (originelle) y est cependant bien décrite. Il faut en soutenir la lecture avec les livres de Chico Xavier et Léon Denis. On peut aussi la compléter avec des descriptions de la vie de Philippe de Lyon. Ce sont des exemples d’intégrité et d’excellence.

4) Florence Scovel Shinn : Ses trois livres sont pour moi des textes extrêmement importants pour leur dimension métaphysique. L’influence de la pensée sur l’expérience de la vie (notamment la maladie) y est correctement décrite. Cette personne avait surtout une grande expérience de ces questions. De simples livres ainsi écrits dépassent totalement en qualité et en densité la pauvreté « philosophique » que les auteurs et « philosophes » contemporains essaient de nous vendre aujourd’hui.

5) Abraham Hicks : C’est en fait une médium (Esther Hicks) qui canalise un ensemble de consciences évoluées qui parlent notamment de la loi d’attraction. Je mets cependant un bémol. L’étude de l’attraction ne dispense pas du travail matériel physique indispensable. Parfois on a l’impression que tout vient naturellement. Ce qui doit venir naturellement, c’est la mise en place d’actions qui entraînent le résultat voulu et des circonstances favorables. C’est pour ça que je trouve les choses comme « Le Secret » absolument nulles et déplorables, on n’y parle jamais du travail.

Voilà à peu près, si vous étudiez ça, vous aurez des bases solides.

 

 

Changement de fréquences (II)

Je disais précédemment qu’à partir du moment où les conditions extérieures changent, notre sensibilité évolue et les sensations associées changent aussi.

Ce n’est pas tant un problème issu de l’extérieur que de l’intérieur, c’est-à-dire que l’esprit terrestre est déstabilisé par le changement et doit perdre ses habitudes. Les structures que l’esprit terrestre utilise sont en évolution. L’esprit terrestre n’est pas à proprement parler la conscience qui n’est pas de ce plan d’existence. C’est une sorte d’ensemble de structures qui travaillent ensemble sous l’indication de la véritable conscience qui est plus proche de ce que certaines religions ont tendance à décrire comme l’âme dans ses caractéristiques (atemporelle, incorporelle, autorégulée, …) .

Dans ces systèmes, il y a constamment des creux et des surcharges. Parfois l’esprit est surchagé de pensées ou d’émotions, parfois il en est vide. Aussi, il y a les sensations physiques ou médiumniques qui sont associées à nos propres émotions ou pensées. Comme je l’expliquais dans l’exercice précédent, le fait est que de plus en plus de gens ressentent des choses qui ne proviennent pas de leurs propres pensées ou émotions. En fait, les systèmes adjacents à la conscience sont atteints par les vibrations extérieures.

C’est pour cela que vous ne pouvez pas traiter ces sensations comme vous traitez d’habitude les autres sensations. Ce sont de faux messages. Quand vous avez par exemple une angoisse, elle provient par exemple du fait que vous appréhendez une situation. Mais si vous avez reçu une pollution extérieure, vous pourrez ressentir une angoisse sans comprendre sa raison d’être. Elle n’est pas à vous, elle ne vous appartient pas et vous ne pouvez pas la résorber en agissant comme vous avez l’habitude de faire.

Si vous êtes angoissés en appréhendant une situation pour reprendre la comparaison faite plus haut, vous pourriez simplement préparer un plan d’action et l’exécuter pour être davantage en confiance. Mais si l’angoisse est issue de la pollution extérieure, par exemple si vous avez capté l’angoisse d’une autre personne alors il n’y a rien que vous puissiez faire directement. Le seul moyen est de purger ces systèmes de l’esprit terrestre pour que les fausses informations et leurs effets s’atténuent et disparaissent.

Une analogie facile à comprendre est celle du corps physique. Si vous ressentez une douleur à un endroit du corps alors vous mettez en place des solutions. Mais si votre esprit est trompé est que la douleur est simplement un message nerveux sans réalité physique alors toute action sera inutile tant qu’elle ne concernera pas la dissolution du message nerveux. C’est la même chose qui se produit avec les structures qui font l’interface entre la Conscience et le monde physique.

Lorsque ces systèmes de la conscience deviennent surchargés par les pollutions extérieures, il faut lâcher prise ! Et il ne sert absolument à rien de croire qu’il faut agir directement, il suffit d’évacuer ces sensations et informations jusqu’à temps que les gênes associées disparaissent. Mais en vous, il y aura toujours une petite voix qui vous incitera à agir et à disperser de l’énergie sur ces sensations. Si vous la suivez, vous en crèverez.

Tout le temps, il y a une partie de nous qui tend au désordre jusqu’au chaos. C’est la petite voix qui cherche à vous dissuader de faire du sport le matin, de travailler aujourd’hui, de manger sainement, … Elle vise à vous détruire et elle y parvient très bien, il suffit de regarder autour de vous tous les gens qui sont apathiques, abrutis par leur télévision ou par des substances ou que sais-je encore. Tous les jours vous devez être plus malins que cette tendance, cette inclination malsaine.

Ce n’est pas un combat que vous gagnerez parce que c’est une des composantes que la conscience utilise pour s’incarner. Il y a une opposition sans cesse renouvelée entre la partie saine de l’esprit terrestre et la partie malsaine de celui-ci. Ce n’est pas à proprement parler la conscience que vous êtes, vous êtes davantage une sorte d’observateur pris entre les deux feux. En permanence, vous savez ce que vous devriez faire ou ne pas faire et sans cesse, vous êtes tentés de faire l’inverse de ce que vous savez devoir faire. C’est bien, ce tiraillement parce que c’est un exemple parfait de comment les dualités créent de la vie. Le problème est que l’excès d’une tue.

En ce moment, la seconde polarité qui aime à régner sur nos peurs et engendrer du chaos, se sert des changements de fréquence pour nous détourner de nos buts. Et c’est ainsi que l’on voit apparaître tout un tas de nouveaux médicaments et thérapies et médecines alternatives et processus de lâcher prise. Il ne faut jamais se plonger là-dedans trop intensément parce que vous aurez toujours des choses sur lesquelles lâcher prise et des problèmes à résoudre et des sensations nouvelles à cause du développement de vos facultés psychiques. Et si vous perdez de vue vos buts pour penser que « la solution » se trouve dans ces méthodes et ces tous ces trucs alors votre vie en sera déstabilisée. La solution est toujours une combinaison de solutions simples et évidentes que notre tendance à la facilité veut nous empêcher de mettre en place.

On ne maîtrise pas le changement mais on se maîtrise dans le changement. Et comme pour toute situation ou apprentissage, notamment ceux liés aux domaines médiumniques, il y a une autodiscipline à mettre en place. Dans la journée, il doit y avoir des segments de temps durant lesquels on travaille à nos véritables objectifs sans interruption, sans considération pour nos sensations. Il faut graduellement apprendre à avancer sous la pression, l’incertitude et dans la pénibilité.

En faisant cela, on dépollue notre subconscient parce qu’on se contraint à dépasser notre tendance au chaos et que par la même occasion on développe des pensées positives et fertiles. Sous le joug de l’autodiscipline, l’esprit terrestre a tendance à faire ressortir les craintes qui le taraudent le plus, tous les traumatismes maintenus vivants dans l’inconscient. Il ne faut pas les traiter dès qu’ils ressortent mais reporter cela à une méditation que l’on peut faire le soir par exemple. Parce que si on se met à traiter les choses au fur et à mesure, on perd le fil de notre véritable travail.

Je sais que le prix émotionnel de l’autodiscipline et toutes les contraintes qu’elle implique sont grands et c’est pour cela que j’ai dit qu’il fallait le faire graduellement. Mais attention, dès que vous n’avancerez plus, vous reculerez. Et pour une raison très simple, c’est que le principal organe servant à l’esprit terrestre est une bête à habitudes. Le cerveau est une machine à s’adapter et pour cela il est plastique. Le problème est que sous l’influence de notre tendance au chaos, il développe tout un tas d’habitudes et même d’addictions sottes. Et par sa conception, il a tendance à développer des habitudes absolument stupides lui donnant une impression d’accomplissement.

Quand les nouvelles sensations médiumniques dues au changement des fréquences dont je parle dans cette série d’articles s’installent, s’y adapter donne une sensation de maîtrise qui est une récompense immédiate et facile. C’est comme manger des sucreries, c’est ainsi qu’il y a de plus en plus de gens qui font des soi-disant ateliers spirituels et autres escroqueries avec des promesses aguicheuses sans jamais arriver nulle part. Les gens qui sont drogués à ce genre de séminaires et processus trouvent une impression de progrès alors que rien ne remplace l’autodétermination et l’autodiscipline.

Et l’autodiscipline n’a de sens que quand elle se soumet à des objectifs et des plans précis qui nous permettent de concrétiser nos désirs. C’est la seule chose qui nous permet de changer et de nous réadapter à un environnement qui évolue. Evidemment, les exercices de méditation et autres méthodes sont des aides mais elles ne remplacent pas l’autodiscipline.