Archives mensuelles : août 2011

Télépathie

Vous êtes capables de vous connecter à quasiment tout. C’est à dire que vous êtes capables d’échanger des informations avec une vaste gamme de consciences

Il y a toujours un échange qui se produit sous une forme ou sous une autre. Cela se produit tout le temps : une personne pense à une chanson et l’autre se met à la chanter, vous pensez à une personne et elle vous téléphone, un jumeau meurt et l’autre le sent à distance, un animal de compagnie a un problème et son maître le perçoit.

Dans le monde d’origine de la conscience, il n’y a pas de langage parlé, il y a seulement des échanges d’information à l’état pure. Ces transmissions sont sur un autre plan, imperceptible depuis le monde matériel. La télépathie n’est pas un mode secondaire de communication, c’est le mode premier de communication puisque c’est le lien direct entre deux consciences.

Quand on s’incarne, on atténue cette faculté volontairement car l’expérience physique est conçue pour être immersive pour l’esprit. Néanmoins, la capacité de communiquer par l’esprit est toujours présente puisqu’elle fait partie de votre nature d’esprit. Il est donc tout à fait possible que cette faculté s’active de manière consciente. Généralement, elle fonctionne de manière inconsciente mais elle revient petit à petit en cette période d’éveil.

Il est possible d’échanger avec de nombreux types de consciences. Il est déjà arrivé qu’un chat me dise qu’il n’aime pas ses croquettes ou que le cheval dont je tombe me demande pourquoi je tombe. Il y en a qui communiquent efficacement avec des plantes ou des minéraux, pour retrouver des information sur la scène d’un meurtre par exemple. La distance n’a pas non plus d’influence. En revanche, l’état émotionnel a une forte influence. Par exemple, de nombreux médiums ne peuvent pas se concentrer dans les transports en communs parce que l’agacement général aux heures de pointe fait que les gens pensent avec force. Plus une personne est énervée, plus les pensées qu’elles dégagent sont détectables. C’est comme si vous parliez plus fort et donc, dans un lieu pareil, on entend toujours des insultes fuser, très rapidement. Il suffit de lever la tête pour voir les personnes émettrices, avec leurs expressions de colère.

L’usage de la télépathie est néanmoins peu utile car si vous détectez qu’une personne pense le contraire de ce qu’elle dit, peu importe que vous soyez télépathes aguerris ou non, la personne gardera son comportement nuisible. Personnellement, je m’en sers surtout pour jauger l’attitude de la personne à mon égard. Dans un groupe, si quelque chose d’alarmant doit émerger, alors je serai en mesure de le voir, autrement, le reste est du ressort de la vie privée et on n’a pas à plonger dans l’esprit des individus.

Lorsque vous recevez des messages de vos guides, vous faites sans doute usage de la télépathie dont je parle. Il est très puissant de pouvoir échanger avec d’autres consciences sans nécessité d’un langage. Généralement, quand les guides (ou n’importe quelle autre entité consciente) d’une personne viennent me transmettre des informations, je n’entretiens généralement pas une conversation télépathique dans une langue terrestre mais un échange d’informations à l’état pur : concepts, émotions, situations, images, souvenirs, schémas, sensations physiques, mots épars, symboles divers, métaphores, séquences diverses, etc… L’échange d’information est extrêmement rapide, en une fraction de seconde, on peut recevoir l’équivalent de plusieurs heures de conversations (si ce n’est bien plus) avec beaucoup plus de nuances. Tout le travail consiste ensuite à expliquer oralement, à plusieurs reprises souvent, ce qui est transmis.

Pour l’instant, je n’ai parlé que de télépathie consciente mais il existe bien d’autres modes de communications très semblables permettant aux membres d’une même espèce de se transmettre les informations plus rapidement. Il n’est pas anodin que des découvertes scientifiques ou des progrès techniques se fassent en plusieurs endroits du globe simultanément.

Dans tous les cas, pour communiquer par la pensée de manière satisfaisante, il faut que les deux interlocuteurs décident de communiquer autrement l’esprit reste fermé. On peut sentir l’état émotionnel global d’une personne mais pas plus en principe. Quand une personne reçoit accidentellement les pensées d’une autre, c’est parce que la personne émettrice investit plus d’énergie que nécessaire dans ses pensées. C’est absolument similaire à quand on s’esclaffe brusquement à cause de l’énervement ou quand on réfléchit à voix haute.

Tout simplement.

 

 

Il n’y a pas d’étiquette valable

C’est amusant j’ai reçu plusieurs courriels récemment de gens qui me disaient qu’ils étaient indigos, ou crystal. Je comprends que l’on puisse utiliser ces concepts pour approcher la réalité, au sens où l’esprit a parfois besoin d’outils pour apprendre mais je ne comprends pas que l’on puisse catégoriser définitivement les gens.

Nous naissons tous avec un bagage et des paramètres de vie différents, en cohérence avec nos voeux et l’évolution que nous voulons vivre. Cependant, si l’on gratte un peu, on s’aperçoit qu’au fond nos consciences ont des mécanismes identiques et que ce sont nos choix successifs qui créent un résultat ou un autre. Peu importe d’où vous venez, tout dépend des pensées que vous allez choisir.

Je suis dégoûté quand j’entends parler de « maîtres en spiritualité »  ou « d’élus » ou « d’enfants plus avancés que les autres » car ces considérations poussent à dire que certains sont moins que les autres ou même nuisibles. Dans tous les cas, cela pousse les humains à la division. Dès qu’un humain dit faire partie d’une religion, dit avoir un maître en spiritualité, dit que sa pensée est la bonne pour tous et qu’il dispose d’un savoir inaccessible aux autres, alors il provoque la violence.

Toutes ces considérations finissent par créer des blocages qui gênent l’évolution des individus parce que l’interaction entre les individus est faussée. Vous devez toujours garder un esprit critique face à l’autre et filtrer ce que les autres disent. Il ne s’agit pas d’être paranoïaque mais de chercher à savoir qui l’on est. En baissant leur garde et en mettant les autres sur un piédestal, certains sont pris dans les mouvements sectaires, dans les escroqueries en tout genre, dans les mouvements politiques et j’en passe. Et même ceux qui adhèrent aux idées d’un groupe sans intégrisme nourrissent les intégristes de ce groupe de leur énergie. Il ne devrait tout simplement pas y avoir de groupes tels qu’il en existe aujourd’hui.

D’autre part, dans la même catégorie, on trouve des idéaux vengeurs, comme si le dieu des uns allaient punir les autres, qu’un jour le jugement arriverait et que seuls ceux faisant partie des bonnes catégories allaient gagner. Cela n’existe tout simplement pas, peu importe qui vous êtes et où vous vous trouvez, c’est votre attitude qui fera la différence parce que votre divinité créatrice vous apportera des résultats que les autres n’auront pas su avoir dans leurs vies. Quand quelqu’un dit que son dieu le vengera ou appuiera sa vengeance, cela trahit tout de suite sa confusion mentale.

Et lorsque vous tentez de ressembler à Dieu, vous tentez de ressembler à vous-même et c’est un surplus d’activité mentale qui rajoute de la distance entre le coeur de vous-même et ce que vous transmettez au monde. Il y a une grosse bêtise qu’enseignent les soi-disant « maîtres » : l’épuration. On vous incite à vous purifier, à redevenir purs, à ressembler à Dieu. Si vous faîtes cela, vous allez seulement vous conformez à la vision de votre maître du moment. On nous enseigne qu’il faut savoir revenir à Dieu et c’est une grosse bêtise je crois. C’est l’inverse qui doit se produire.

Etant donné que vous êtes à la pointe de la création, vous devez porter Dieu en vous pour aller de l’avant et donc ce n’est pas vous qui allez vers Dieu mais Dieu qui vient en vous. C’est un point de vue complétement différent car il consiste à rechercher le divin chez la personne plutôt que de chercher à effacer les « défauts » de la personne. Pour parvenir à ce résultat, vous n’avez pas besoin de faire quoi que ce soit, en fait vous devez ne rien faire. Lorsque vous abandonnerez les étiquettes, vous arrêterez de vous opposer à votre nature divine et les choses seront plus faciles. Vous êtes votre seul maître, si vous vous perdez en ce moment c’est parce que vous devenez confus de tant de considérations foireuses. Laissez tomber ce qui vous semble trop compliqué.

Et, au passage, je rigole bien lorsque je vois des soi-disant « maîtres » s’isoler du monde en critiquant la société, en critiquant ce que les gens désirent. S’ils s’isolent du monde (dans des communautés, dans des retraites), c’est parce que ces philosophes sont trop immatures pour comprendre que leur vision des choses ne rassemblera jamais les autres. Ils n’ont pas grand chose d’universel. Ils sont en fait moins éclairés (si l’on peut dire) que tous ceux qui vivent normalement et qui essaient tout doucement d’améliorer les choses. Ils n’ont pas autant d’amour pour les autres qu’ils veulent bien le croire car sinon ils retireraient tous ces blocages et ces critiques qui les mettent à l’écart. Ils remplacent un déséquilibre par un autre et ne sont pas très utiles aux autres, ils n’ont pas compris l’interconnexion qui doit exister entre les individus.

Si vous êtes vraiment fraternels, alors vous serez en mesure de comprendre et d’être compris par des gens qui seront très différents de vous au premier abord parce que vous vous fonderez mutuellement sur le coeur de qui vous êtes pour communiquer. Cependant, nous ne pouvons pas être proches de ceux qui se revendiquent fraternels mais qui se mettent volontairement à l’écart des autres à travers des rites, des préjugés ou des comportements. Ils produisent une distorsion en eux en choisissant de forcer leur nature et donc ne peuvent pas construire de relation équilibrée avec les autres, qu’ils vampirisent tout simplement. Et quand ce genre de personnage dit qu’il faut aller à la source de leur enseignement, sans écouter les critiques, ils anesthésient votre individualité et il devient dangereux de les suivre car cela se fait au détriment de vos propres désirs et de votre identité.

Si la collectivité est ce qu’elle est aujourd’hui, c’est parce que les gens ont plus ou moins bien suivi ce qu’ils préféraient ou ce que l’on leur faisait préférer. Et si on désire avoir un impact positif sur la collectivité, ce n’est pas en se mettant en dehors qu’on arrivera à quoi que ce soit. Il s’agit vraiment d’apprendre à montrer un autre exemple, différent mais pas déconnecté. Vous ne pouvez tout simplement pas vous opposer au collectif mais vous pouvez le faire dévier doucement, vous n’êtes pas au-dessus des autres mais au même niveau. C’est cette douceur qui préserve les foules des totalitarismes et autres dérapages.

 

Suicide et spiritualité

C’est une question sensible et pourtant il faut en parler parce que les suicidés laissent dans l’incompréhension beaucoup de monde.

En tant que médium, on m’a quelquefois demandé de rentrer en contact avec des défunts et parfois des suicidés. Il y a une sacré distorsion entre ce que vous pouvez penser qu’il va arriver à l’esprit d’un suicidé et ce qui lui arrive vraiment.

Premièrement, il y a deux grands types de suicides : les suicides par douleur morale (ruptures, solitude, frustration, etc) et les suicides par choix indépendant (euthanasie, ennui, etc). Et les deux donnent des résultats très différents car le premier type de suicide fait que l’on est déconnecté de notre pouvoir personnel tandis que le second est issu d’une décision réfléchie.

Lorsqu’une personne se suicide par désespoir, dépassée par sa réalité, elle se détache de son enveloppe physique et elle reprend conscience de sa nature spirituelle mais la douleur morale ne la quitte pas. Au contraire, cette douleur est démultipliée car la personne a repris une nature d’esprit avec toute la puissance des émotions qui en découle. En fait, il peut devenir difficile pour la personne de réussir à s’élever et revenir dans son monde d’origine parce qu’elle est soumise à de grandes distorsions intérieures. C’est cela qui fait que certains esprits errent à la recherche de quelque chose qui soulagera leur douleur. Heureusement, cette douleur peut être prise en charge par un autre être pour permettre au premier de s’élever et revenir dans les plans d’existence de son origine. Il peut être très difficile pour un médium de se connecter à une personne qui s’est suicidé par désespoir car la confusion mentale qui en résulte brouille la transmission d’information.

Lorsqu’une personne se suicide par choix lucide alors elle a toutes les chances de partir en paix. Il n’y a pas de punition. Quand on dit que les suicidés offensent la volonté divine, c’est souvent mal interprété. Ils offensent leur propre volonté mais pas celle d’un dieu extérieur à eux. En effet, il y a une contradiction dans le suicide car si vous prenez forme dans un corps, c’est pour y exercer votre pouvoir. Lorsque vous décidez de vous en retirer avant l’instant que vous aviez précédemment choisi en préparant votre incarnation alors vous faites deux choses contradictoires. Comme vous êtes Dieu, même si vous ne vous en rendez pas compte, alors vous venez en fait de vous retourner contre vous-même. Toutefois, la base de la vie étant la liberté, vous ne serez jamais punis si vous faites ce choix-là. La seule chose qui vous ferait du mal serait le regret d’être passé à l’acte et qui continuerait de vous tirer vers le bas.

Certains suicidés pensent tout simplement que leur vie était nulle à ce moment-là et qu’il voulait faire autre chose. Soit ! Néanmoins, le problème qu’ils avaient alors n’a pas été résolu. Le problème est tout simplement mis en pause entre deux vies. Mais à la prochaine occasion, l’apprentissage va reprendre et il faudra apprendre à dépasser le problème qui a poussé au suicide. Peut-être qu’à ce moment-là l’individu aura fait un exercice différent de son libre-arbitre et que les choses seront plus faciles. Cependant, pour moi le suicide est la preuve que l’on n’a pas su gérer sa divinité intérieure et je dis cela sans juger mais en constatant tout simplement que le contraste l’a emporté sur la volonté.

Vous êtes capables de transformer le pire en meilleur et une bonne partie de ceux qui ont laissé un héritage significatif et universel l’ont fait en transformant une frustration en oeuvre divine. Il n’est pas anodin que nos plus grands bâtisseurs, nos plus grands artistes, nos plus grands scientifiques, nos plus grands chefs aient eu des tares très pesantes. C’est l’aiguillon de l’inconfort qui a poussé leur nature divine à s’exprimer et à produire de grands résultats pour dépasser leur déséquilibres premiers. Normalement, nous ne devrions pas avoir besoin d’une telle stimulation mais quand notre éducation fait que nous ne percevons pas les bénéfices de l’exercice de notre nature créatrice. Certains sont alors dépassés par le challenge choisi dans cette vie ou par les mauvais résultats de leurs actes mais à tout moment vous pouvez décider de vous remettre à reconstruire. Faire ce choix-là, c’est déjà se redonner des forces. Ce n’est pas la compassion aveugle ou les atermoiement qui vous permettront de vous en sortir. Face à la déroute qu’éprouvent certains, il est absolument nécessaire de réapprendre à ressentir sa nature divine.

Cette sensation n’est retrouvée que lorsque la conscience choisit d’apprendre à regarder la situation sous un autre angle. Il faut rechercher dès maintenant le meilleur de chaque situation. Il faut apprendre à voir les opportunités. Beaucoup font l’inverse et apprennent à voir le pire en toute situations. Il est normal que leur vie se dégrade puisque la loi d’attraction répond à ce pessimisme. Si vous me lisez depuis longtemps, vous verrez qu’on en revient toujours à des raisonnement très simples. C’est cet exercice de notre intelligence qu’il faut rechercher et l’éventualité du suicide ne se présentera plus.

La méditation pour débloquer nos projets

Il arrive souvent que l’on rentre en état de résistance durant un projet quelconque. C’est à dire que nos actions et nos pensées se contredisent ou ne mènent à aucun résultat.

Quel que soit le type d’objectif que nous souhaitons atteindre, il est impossible d’y parvenir sans que nous n’ayons déjà conçu cet objectif dans son aspect énergétique. Il ne peut pas y avoir de manifestation d’une chose si elle n’existe pas spirituellement d’abord car autrement les manifestations qui parviennent dans notre expérience ne sont pas délibérées mais issues de notre confusion ou de notre indécision.

Au contact des gens qui viennent me consulter, je perçois les projets en attente dans l’énergie de la personne. Il n’est pas difficile de voir ce que l’esprit vise cependant il est difficile pour l’esprit d’être en phase avec ce qu’il vise.

Trop souvent, on se lance dans des actions frénétiques afin de parvenir à un objectif mais l’énergie n’est pas toujours au rendez-vous et il y a blocage. Aussi, notre éducation fait souvent que l’on cherche à agir encore plus jusqu’à temps que le problème soit dépassé. Cependant, en luttant contre la situation, notre énergie s’accumule dans le problème et on devient encore plus confus. Comme nous sommes confus, notre esprit s’éloigne du résultat qu’il veut manifester et la situation se bloque encore davantage. C’est un cercle vicieux comme il en arrive souvent avec la force mentale.

C’est pour cela qu’il faut méditer, prendre le temps de clarifier nos désirs, de déclarer ce que nous voulons afin d’autoriser la manifestation des bonnes circonstances. Et la méditation ne doit pas être une nouvelle tentative de contrôle mais un simple ordre envoyé aux forces créatrices. Certains se mettent sous tension au travail alors que nous devrions tous être dans un état de détente productive. Travailler et agir devraient être agréable, pas forcément faciles mais toujours agréables. Il n’est pas naturel de ressentir un blocage durable dans nos travaux.

Ceux qui décident d’adopter une attitude de bourrin et de faire monter la pression finissent parfois par y arriver cependant. Ils y arrivent souvent parce qu’ils finissent en fait par relâcher la pression à cause de leur épuisement. Une fois que leur esprit n’est plus occupé à tourner en rond et se vide d’épuisement, l’Univers peut enfin leur apporter ce qui leur faisait défaut.

Et même dans les domaines très rationnels au sens le plus classique du terme, en mécanique, en mathématiques, en informatique, etc, ces blocages peuvent se produire. Il n’y a pas que l’art ou le sport ou encore notre vie sociale qui soient soumis à notre état d’esprit mais tous les aspects de notre vie sur Terre.

Alors quand une situation se bloque, que ce soit au travail ou dans n’importe quel autre aspect de l’existence, il peut-être utile d’apprendre à renverser la tendance. La méditation peut être un outil car il s’agit de laisser aller la situation, d’abandonner le contrôle, pour reprendre plus tard les choses en main. Il faut prendre le temps de se resituer, d’identifier l’objectif puis de passer à autre chose. Cela prend vingt minutes environ, plus ou moins selon les individus. Il suffit de s’installer, de fermer les yeux et de faire le vide. Il faut visualiser, ressentir ou décrire ce que l’on veut et envoyer la requête. Il faut ensuite passer à autre chose, il s’agit vraiment de laisser l’hyperconscience travailler et préparer le terrain. Plus tard (après 10 minutes ou plusieurs mois selon les cas), vous serez en mesure d’obtenir les résultats que vous désirez et souvent les choses se feront comme par enchantement.

Si vous méditez en restant en tension, c’est à dire en recherchant à tout prix une solution que vous n’êtes pas en mesure de recevoir alors cela revient à agir comme un bourrin. Finalement, cultiver votre frustration ne peut que vous mener qu’à encore plus de frustration. Vous ne pouvez pas espérer voir la situation se retourner en continuant d’être focalisés sur le blocage. Ces blocages, ils sont intérieurs dans 90% des cas. Il est rare que la vie nous interdise de recevoir ce que nous avons demandé, et ce, tout simplement parce que nous sommes des êtres de droit divin. Quand vous vous bloquez ainsi, il faut savoir faire table rase et reprendre le processus de création dans son aspect le plus immatériel. Méditer en cherchant à provoquer un résultat par la force mentale est généralement illusoire parce qu’il faut d’abord prendre le temps d’aligner l’énergie.

Ce que je dis ici peut sembler très conceptuel ou contre-intuitif et pourtant, avec l’habitude vous pouvez arriver à percevoir l’état de vos projets en écoutant votre ressenti, aussi variés que soient vos projets et vos objectifs.