Archives mensuelles : mai 2013

Tout sur le dégagement

J’écris ici sur le dégagement d’entités, d’âmes errantes et d’esprits aggressifs en général. Il faut que j’écrive ces articles car on ne peut pas totalement faire le travail de dégagement et de nettoyage si les personnes directement concernées ne comprennent pas les enjeux et les méthodes ou simplement l’état d’esprit.

Le premier enjeu est de comprendre ce qu’on appelle le mal et dans une moindre mesure pourquoi tout n’est pas simplement parfait dans un monde idéal au premier abord. Comme je l’avais expliqué dans de précédents articles, le potentiel que constitue Dieu cherche à produire davantage de vie et cela induit donc davantage de mouvement. Il n’est pas intéressant de produire la perfection d’un seul coup à un instant donné. Cela n’est de toute façon pas possible dans la majeure partie des plans d’existence. Dans le monde matériel, du fait des limitations qu’imposent le temps et la matière, il n’est pas possible d’exprimer l’infini de la perfection de manière visible. Elle ne se produit que par l’enchaînement d’évènements et d’alternances qui montrent le capacité d’anticipation de l’Esprit et sa bienveillance.

Dans de nombreuses mythologies, un premier Dieu engendre (cela est souvent assimilé à un enfantement) deux composantes qui entrent en intéraction. Elles sont toujours plus ou moins assimilées au Bien et au Mal. Cependant, elles peuvent être assimilées à l’inviduel versus le collectif, l’actif versus le passif, etc. Dans une plus large mesure, c’est l’alternance qui produit la Vie parce que les consciences individuelles sont contraintes de s’adapter et donc de se renouveller. Elles expriment donc leur infinie perfection en parcourant des possibilités les unes après les autres.

Ce qu’on appelle couramment le Mal est simplement la composante secondaire qui stimule la création en produisant du désordre. Elle n’est pas tout à fait secondaire car sans elle il n’y aurait pas la vie, du moins, l’expansion serait lente et en deviendrait pénible. Cependant, la différence fondamentale qui existe entre le plan de la matière et du temps tel que nous le connaissons et la majeure partie des plans supérieurs est que le Mal s’y indépendantise parce que son propre niveau de conscience est diminué. Dans les plans (vraiment) supérieurs, cela ne se produit pas car l’Esprit y règne plus visiblement, l’équilibre est meilleur. Leurs habitants savent produire du mouvement, créer davantage en se poussant eux-mêmes, en obéissant à l’appel de l’inspiration divine. Ils se comportent de manière plus indépendante, s’équilibrent d’eux-mêmes afin de produire des individus puis un collectif fort.

Ce n’est pas du tout la même chose chez les humains. Le niveau de conscience humain ne lui permet pas, initialement et encore moins avec la pollution culturelle, de savoir aussi bien se gérer. C’est à dire que l’humain a tendance à entrer dans la passivité, il a presque toujours besoin d’être bousculé pour sortir de sa torpeur. L’esprit humain ne pense pas souvent en terme de ce qu’il peut gagner mais en terme de ce qu’il peut perdre, il ne bouge pas de lui-même. C’est une tendance très gênante puisqu’elle nécessite donc la présence du Mal pour changer la donne et pousser l’humain à l’action et donc au progrès. Si l’humain prenait les devants, le Mal n’aurait plus sa raison d’être.

De manière générale, la proactivité permet à l’Esprit de vous ouvrir la voie vers ses bénédictions tandis que la passivité ralentit drastiquement votre évolution jusqu’à ce qu’une situation tourne en votre défaveur et vous pousse péniblement. Cela n’implique pas de se pousser au-delà du raisonnable mais simplement de rechercher l’équilibre et l’efficacité. Les humains rêvent d’abondance sans veiller à d’abord devenir productifs eux-mêmes. L’adversité produit les circonstances qui vous poussent à vous découvrir vous-même.

Chaque conscience est complète quel que soit son niveau d’expression dans la matière. Cela veut dire que le Mal est présent en vous. Cependant, il ne l’est pas au sens destructeur du terme. En fait, il n’y a originellement pas de Mal au sens nocif du terme, c’est simplement une composante de la Conscience nécessaire à la vie. C’est l’aspect de vous-même généralement le plus : individualiste, pervers, sournois, radical, déterminé, orienté vers le passé, la revanche mais de manière plus générale et pour en parler en termes plus positifs c’est l’aspect de vous le plus : masculin, curieux, critique, courageux, actif, entreprenant, explorateur, conquérant, séducteur, drôle et fort de manière général. Vous comprenez sans doute maintenant que c’est le déséquilibre qui produit les maux que nous connaissons plutôt que les dualités en mouvement. Simplement, cette seconde composante de la conscience produit le maximum de résultats visibles lorsque l’individu se laisse dominer par ce côté. Aussi, l’autre côté, plutôt Yin pour le dire ainsi, pousse lui aussi l’individu vers sa destruction s’il le domine mais de manière moins immédiatement visible (par l’inactivité ou la négligence notamment).

Dans l’Univers physique, il y a bien la conscience du Mal tel que l’on entend dans la vision manichéenne parce que cette conscience est tellement éloignée de la Source qu’elle a perdu le sens de l’équilibre. C’est ainsi que le Mal devient nocif. C’est difficile à saisir parce que la Conscience est multi-facette, il y a les dualités originelles qui sont plutôt proches du Yin-Yang puis il y a des combinaisons complexes qui produisent des caractères variés. Aussi, la figure du Diable est justement cette conscience elle-même égarée qui cache son existence pour baisser la garde des humains et détruire sans reconstruire, gaspiller.

En vous, il y a un automatisme très important : le doute. En tant que consciences complètes (ayant une âme à substance infinie), vous avez les outils pour évaluer chaque situation. Autrement vous seriez comme des logiciels, des programmes sous formes de réactions chimiques vouées à se terminer passé un certain degré de complexité. Le doute est originellement un outil de compréhension mais dans votre peur du doute, vous le laissez vous pervertir et vous influencer. Plutôt que de vous en servir pour comprendre une situation, vous laissez les différentes composantes du mal influencer vos actes. Dans la plupart des cas, c’est le doute qui entraîne le manque de foi qui à son tour éloigne significativement Dieu/Déesse sans être une cause directe des déboires. C’est généralement un outil mal utilisé. Vous êtes des êtres complets et donc envisager ce qui est nocif à l’expansion de la Conscience vous est possible afin de transformer les situations. Il ne faut pas craindre le Mal en soi ou tenter de se battre contre mais l’intégrer pour atteindre l’équilibre et comprendre.

Lorsque l’individu bascule de lui-même ou sous influence extérieure dans le mal, cela signifie que ses actions vont s’opposer directement au règne de l’Esprit qui cherche à répandre davantage de vie. C’est un choix de l’esprit, cela ne se termine pas avec la désincarnation. Il se peut que la mort du corps physique déstabilise suffisamment l’esprit pour le rappeler vers l’équilibre mais en général c’est le contraire. C’est ainsi que beaucoup d’esprits deviennent mauvais au sens le plus strict du terme.

Ils jouent, pour la plupart, une fois détachés du corps physique (« morts » comme on dit maladroitement) ils continuent d’embêter les vivants. Ils le font parfois sans vergogne, cela peut aller de la simple taquinerie au meurtre. Pour tenir le coup, ils doivent prendre de l’énergie aux vivants. La conscience se projette avec l’énergie pour la modeler (motivation, détermination, émotions positives en général, …), pour se tenir près du monde physique sans corps physique, il faut en prendre à un incarné qui dispose de ces systèmes de conversion de l’énergie. C’est pour ça que les entités pressent les vivants comme des citrons, elles les contraignent psychologiquement afin de les rendre vulnérables, de diminuer leur défenses et se greffer sur elles. Cela ne s’arrête pas quand la personne parasitée meurt, au contraire, elle est maintenue captive ensuite.

La plupart des gens n’ont en fait pas l’esprit suffisamment fort pour tenir face aux manipulations les plus simples. Il suffit de placer un message inaudible pour la conscience mais audible pour l’inconscient, subliminal dans un fichier audio pour conditionner l’esprit de quelqu’un. C’est exactement le même genre de phénomène lorsqu’une entité cherche à mettre quelqu’un sous son influence. La télépathie est le premier moyen de communication pour l’esprit, cette capacité de communication est toujours présente dans l’esprit d’un incarné. Elle l’est consciemment dans le cas d’un médium affirmé et donc elle l’est inconsciemment pour la plupart des gens. Si vous écoutiez en boucle un message subliminal vous répétant que vous êtes nuls, alors votre inconscient le prendrait comme sa programmation et vous vous saboteriez constamment afin de réaliser cette programmation. C’est la même chose quand une entité joue à suggérer toute la journée des pensées négatives à une personne par télépathie.

D’ailleurs, les personnes parasitées le ressentent ainsi. Quoi qu’elles fassent, ils semble qu’elles pensent toujours en négatif.

A l’origine, vous êtes naturellement défendus, votre énergie vous protège, c’est une des fonctions du champ aurique. Cependant, si vous vous laissez dépasser par une situation et que vous commencez à devenir négatifs, vous gênez votre apport d’énergie et votre champ aurique diminue parfois dangereusement. Plus généralement tout ce qui manipule l’énergie est potentiellement dangereux. C’est pour cela que, personnellement, je méprise totalement le Reiki et les pratiques affiliées. Je considère comme une perte de temps de dégager les entités sur les gens qui pratiquent ce genre de discipline et d’ailleurs j’en ai refusées plusieurs. Les humains sont à mon avis encore trop primitifs pour jouer avec l’énergie. « Jouer » est le terme exact puisque la grande différence entre le guérisseur qui à mes yeux est dans la divinité et le pratiquant du Reiki est que le guérisseur est dans la foi tandis que le pratiquant du Reiki est dans l’acquisition d’une compétence, l’orgueil souvent ( on parle même de « maître Reiki », tout ça, c’est de la merde).

Si vous reposez entièrement sur la foi, alors vous priez et vous avez le droit de dégager une autre personne par la responsabilité collective, le karma collectif. Dans ce cas-là, vous servez de canal et votre implantation dans le monde physique, l’ensemble des systèmes qui permettent l’incarnation en liant temporairement l’Esprit à la matière servent à dégager les entités mauvaises. Vous recevez temporairement le surplus d’énergie dont vous avez besoin et vous la projetez sur les entités que vous voulez dégager. Vous recevez aussi l’assistance de nombreux esprits avancés qui viennent vous aider en cloisonnant les entités, en les renvoyant dans d’autres plans de consciences quand elles sont neutralisées. Aussi, ces esprits bienveillants viennent réajuster l’énergie des incarnés qui ont subi les entités.

Pourquoi tout ce désordre au fond ? Pour le progrès. Comme je l’ai déjà dit, plus vous avez des expériences, plus vos esprits s’affermissent. Il faut donc prendre ces situations comme des occasions de faire un apprentissage, de vous renforcer. L’attitude idéale de l’esprit dans ces situations, est d’approcher l’état de l’eau. C’est une attitude combative qu’il faut. Cependant, il ne s’agit de se battre comme les humains l’entendent. La lutte épuise parce qu’on alloue son énergie à ce qu’on combat. Il faut avoir l’esprit calme, toujours, mais en plus, il faut occuper tout l’espace que l’on peut, comme si votre énergie était purement liquide. Pour le dire différemment, il faut tenir tout le terrain reconquis sur une entité, il faut se raccrocher à toutes les bonnes pensées, toutes les sensations d’amélioration, visualiser son énergie comme imperméable. Il faut canaliser une force imperturbable, qui reprend sans cesse du terrain, à chaque erreur de l’entité. On ne combat pas directement une entité, on l’empêche d’aller plus loin puis on reprend son propre terrain. Vous devez vous sentir toujours plus forts et ancrés. Vous devez vous réjouir de chaque instant où vous sentez cette influence s’estomper puis conserver cette réjouissance lorsque la situation semble dégénérer.

Je dirais que les plus grands symptômes lors de ce genre de parasitage sont justement associés à l’état inverse de l’esprit. Les gens gênés par des entités ont des pensées défaitistes, l’impression que tout s’effondre, ils bouillonnent de rage, ils deviennent aigris et violents. Ils veulent tuer les membres de leur famille par exemple. Ils changent totalement de regard ou de gestuelle. Parfois, durant certains dégagements que j’ai exécutés, la personne change de voix et même de langue, elle se réveille aussi en pleine nuit comme folle de rage. Il arrive que certaines se mettent à avoir des tremblements Après le dégagement, la personne a une impression de légèreté, de retrouver des perspectives, elle perd ses pulsions de violence. Elle peut se reprendre en main.

Souvent, les proches distinguent tout à fait la présence de l’entité, ils voient celui qui est parasité changer de regard, de voix, d’attitude en général. Ils le voient basculer de son état normal à l’état d’apathie ou de violence pour les cas les plus graves.

Il faut aussi savoir que toutes les esprits errants ne sont pas spécialement agressifs, la majorité sont simplement égarés. Aussi, il se peut, avec tous les actes inconscients des humains que des passages soient ouverts entre plusieurs plans de consciences alors qu’ils ne le devraient pas. Dans ces cas-là, les gens vivant à proximité ressentent la présence de petites entités qui cherchent leur route, cela donne des sensations de choses qui flottent dans la pièce comme un banc de poissons ou encore de bêtes qui grouillent partout. Je ne compte plus le nombre de ces cas et le fait est qu’il n’est pas toujours possible de refermer ces passages.

Je crois qu’il faut toujours que les personnes concernées se ressaisissent  car il faut toujours qu’une personne concernée par une situation comprenne l’apprentissage caché. Il est important de toujours comprendre que les solutions à tout ce que vous vivez passent par vous-même avant tout, il ne faut jamais entrer sous l’influence d’un faux prophète pour le dire autrement, d’un sauver quelconque. C’est toujours la Conscience Universelle qui finit par réorganiser les choses et faire la majeure partie du travail une fois qu’on l’appelle. C’est une question de choix pour la personne concernée, aussi difficile que cela paraisse au premier abord, quand on fait face alors on se rend compte que ce que l’on craint n’a pas de réel pouvoir.

Dans toutes les situations, le Divin montre sa présence. Il faut accepter la difficulté et montrer de quoi on est faits. La capacité divine réside en nous et dans ces cas de parasitage voire de possession, davantage de possibilités nous sont délégués temporairement pour notre apprentissage. Je sais que ce n’est pas facile puisque cela a fait parti de mon apprentissage (dans une mesure bien moindre cependant). A chaque fois, les sensations désagréables disparaissent seulement à partir du moment où on se ressaisit, il ne faut pas être passif. Avoir l’esprit au calme ne signifie pas être mou. C’est extrêmement agaçant de travailler au dégagement de quelqu’un qui se laisse ramollir et les effets positifs ne durent jamais longtemps. Il faut s’affirmer, reprendre son espace et son pouvoir.

Il va de soi qu’il est plus facile de détecter une influence négative lorsqu’on a un mode de vie sain. Il faut aussi bien comprendre que ce genre d’entités se déplace d’une personne à l’autre, peut partir aussi vite qu’elle est venue. C’était arrivé il n’y a pas si longtemps avec un meurtrier fou dans un train qui avait tout oublié ensuite et ne pouvait expliquer son geste. Parmi les cibles privilégiées des entités, il y a les drogués par exemple parce que justement la dérégulation de l’énergie due à la prise de drogue les rend vulnérables.

Pour clore, je dirais qu’il faut en fait toujours agir comme si aucune aide n’allait arriver parce qu’on a les capacités de le faire. Il s’agit toujours d’un test, c’est à dire une difficulté suivie d’une restauration.