Archives mensuelles : décembre 2013

Changement de fréquences (II)

Je disais précédemment qu’à partir du moment où les conditions extérieures changent, notre sensibilité évolue et les sensations associées changent aussi.

Ce n’est pas tant un problème issu de l’extérieur que de l’intérieur, c’est-à-dire que l’esprit terrestre est déstabilisé par le changement et doit perdre ses habitudes. Les structures que l’esprit terrestre utilise sont en évolution. L’esprit terrestre n’est pas à proprement parler la conscience qui n’est pas de ce plan d’existence. C’est une sorte d’ensemble de structures qui travaillent ensemble sous l’indication de la véritable conscience qui est plus proche de ce que certaines religions ont tendance à décrire comme l’âme dans ses caractéristiques (atemporelle, incorporelle, autorégulée, …) .

Dans ces systèmes, il y a constamment des creux et des surcharges. Parfois l’esprit est surchagé de pensées ou d’émotions, parfois il en est vide. Aussi, il y a les sensations physiques ou médiumniques qui sont associées à nos propres émotions ou pensées. Comme je l’expliquais dans l’exercice précédent, le fait est que de plus en plus de gens ressentent des choses qui ne proviennent pas de leurs propres pensées ou émotions. En fait, les systèmes adjacents à la conscience sont atteints par les vibrations extérieures.

C’est pour cela que vous ne pouvez pas traiter ces sensations comme vous traitez d’habitude les autres sensations. Ce sont de faux messages. Quand vous avez par exemple une angoisse, elle provient par exemple du fait que vous appréhendez une situation. Mais si vous avez reçu une pollution extérieure, vous pourrez ressentir une angoisse sans comprendre sa raison d’être. Elle n’est pas à vous, elle ne vous appartient pas et vous ne pouvez pas la résorber en agissant comme vous avez l’habitude de faire.

Si vous êtes angoissés en appréhendant une situation pour reprendre la comparaison faite plus haut, vous pourriez simplement préparer un plan d’action et l’exécuter pour être davantage en confiance. Mais si l’angoisse est issue de la pollution extérieure, par exemple si vous avez capté l’angoisse d’une autre personne alors il n’y a rien que vous puissiez faire directement. Le seul moyen est de purger ces systèmes de l’esprit terrestre pour que les fausses informations et leurs effets s’atténuent et disparaissent.

Une analogie facile à comprendre est celle du corps physique. Si vous ressentez une douleur à un endroit du corps alors vous mettez en place des solutions. Mais si votre esprit est trompé est que la douleur est simplement un message nerveux sans réalité physique alors toute action sera inutile tant qu’elle ne concernera pas la dissolution du message nerveux. C’est la même chose qui se produit avec les structures qui font l’interface entre la Conscience et le monde physique.

Lorsque ces systèmes de la conscience deviennent surchargés par les pollutions extérieures, il faut lâcher prise ! Et il ne sert absolument à rien de croire qu’il faut agir directement, il suffit d’évacuer ces sensations et informations jusqu’à temps que les gênes associées disparaissent. Mais en vous, il y aura toujours une petite voix qui vous incitera à agir et à disperser de l’énergie sur ces sensations. Si vous la suivez, vous en crèverez.

Tout le temps, il y a une partie de nous qui tend au désordre jusqu’au chaos. C’est la petite voix qui cherche à vous dissuader de faire du sport le matin, de travailler aujourd’hui, de manger sainement, … Elle vise à vous détruire et elle y parvient très bien, il suffit de regarder autour de vous tous les gens qui sont apathiques, abrutis par leur télévision ou par des substances ou que sais-je encore. Tous les jours vous devez être plus malins que cette tendance, cette inclination malsaine.

Ce n’est pas un combat que vous gagnerez parce que c’est une des composantes que la conscience utilise pour s’incarner. Il y a une opposition sans cesse renouvelée entre la partie saine de l’esprit terrestre et la partie malsaine de celui-ci. Ce n’est pas à proprement parler la conscience que vous êtes, vous êtes davantage une sorte d’observateur pris entre les deux feux. En permanence, vous savez ce que vous devriez faire ou ne pas faire et sans cesse, vous êtes tentés de faire l’inverse de ce que vous savez devoir faire. C’est bien, ce tiraillement parce que c’est un exemple parfait de comment les dualités créent de la vie. Le problème est que l’excès d’une tue.

En ce moment, la seconde polarité qui aime à régner sur nos peurs et engendrer du chaos, se sert des changements de fréquence pour nous détourner de nos buts. Et c’est ainsi que l’on voit apparaître tout un tas de nouveaux médicaments et thérapies et médecines alternatives et processus de lâcher prise. Il ne faut jamais se plonger là-dedans trop intensément parce que vous aurez toujours des choses sur lesquelles lâcher prise et des problèmes à résoudre et des sensations nouvelles à cause du développement de vos facultés psychiques. Et si vous perdez de vue vos buts pour penser que « la solution » se trouve dans ces méthodes et ces tous ces trucs alors votre vie en sera déstabilisée. La solution est toujours une combinaison de solutions simples et évidentes que notre tendance à la facilité veut nous empêcher de mettre en place.

On ne maîtrise pas le changement mais on se maîtrise dans le changement. Et comme pour toute situation ou apprentissage, notamment ceux liés aux domaines médiumniques, il y a une autodiscipline à mettre en place. Dans la journée, il doit y avoir des segments de temps durant lesquels on travaille à nos véritables objectifs sans interruption, sans considération pour nos sensations. Il faut graduellement apprendre à avancer sous la pression, l’incertitude et dans la pénibilité.

En faisant cela, on dépollue notre subconscient parce qu’on se contraint à dépasser notre tendance au chaos et que par la même occasion on développe des pensées positives et fertiles. Sous le joug de l’autodiscipline, l’esprit terrestre a tendance à faire ressortir les craintes qui le taraudent le plus, tous les traumatismes maintenus vivants dans l’inconscient. Il ne faut pas les traiter dès qu’ils ressortent mais reporter cela à une méditation que l’on peut faire le soir par exemple. Parce que si on se met à traiter les choses au fur et à mesure, on perd le fil de notre véritable travail.

Je sais que le prix émotionnel de l’autodiscipline et toutes les contraintes qu’elle implique sont grands et c’est pour cela que j’ai dit qu’il fallait le faire graduellement. Mais attention, dès que vous n’avancerez plus, vous reculerez. Et pour une raison très simple, c’est que le principal organe servant à l’esprit terrestre est une bête à habitudes. Le cerveau est une machine à s’adapter et pour cela il est plastique. Le problème est que sous l’influence de notre tendance au chaos, il développe tout un tas d’habitudes et même d’addictions sottes. Et par sa conception, il a tendance à développer des habitudes absolument stupides lui donnant une impression d’accomplissement.

Quand les nouvelles sensations médiumniques dues au changement des fréquences dont je parle dans cette série d’articles s’installent, s’y adapter donne une sensation de maîtrise qui est une récompense immédiate et facile. C’est comme manger des sucreries, c’est ainsi qu’il y a de plus en plus de gens qui font des soi-disant ateliers spirituels et autres escroqueries avec des promesses aguicheuses sans jamais arriver nulle part. Les gens qui sont drogués à ce genre de séminaires et processus trouvent une impression de progrès alors que rien ne remplace l’autodétermination et l’autodiscipline.

Et l’autodiscipline n’a de sens que quand elle se soumet à des objectifs et des plans précis qui nous permettent de concrétiser nos désirs. C’est la seule chose qui nous permet de changer et de nous réadapter à un environnement qui évolue. Evidemment, les exercices de méditation et autres méthodes sont des aides mais elles ne remplacent pas l’autodiscipline.