Spiritisme

J’ai bien dû recevoir des dizaines de questions sur ce domaine puisque les gens expérimentent cela assez fréquemment et que le spiritisme existe toujours en club et autres formes. Cependant, j’ai surtout reçu des gens pour lesquelles l’expérience a mal tourné et qui avaient besoin d’être rassurés. Alors faisons le point.

Le spiritisme au sens de Louis Rivail (alias Allan Kardec) c’est l’étude du monde des esprits, à la manière d’une science qui s’intéresserait à expliquer des phénomènes récurrents. Cette approche s’est répandue un peu partout en France durant le XIXe puis s’est presque éteinte aux alentours de la première guerre mondiale. Toutefois, le kardecisme subsiste en Amérique du Sud encore aujourd’hui.

Pour effectuer ses recherches, Rivail a défini des protocoles pour que les médiums consignent leurs résultats partout sur la planète puis a effectué un travail de comparaison et de synthèse qui se situe dans des livres très intéressants aujourd’hui disponibles gratuitement sur Internet. La force de Rivail est sans doute que la raison et la foi se combinent finalement jusqu’à pousser les autres religions dans leurs derniers retranchements. Il n’est pas étonnant que les dogmes religieux aient condamné le spiritisme car celui-ci remettait en cause tous les écrits sacrés ou les interprétait différemment.

Le spiritisme désigne en fait une forme de réunion où un ou plusieurs médiums (confirmés en général) vont recevoir des messages d’esprits qui seront éventuellement consignés et considérés comme enseignement. Le danger est que l’information ou la nature des esprits qui s’approchent est souvent difficile à déterminer. C’est de cette difficulté à filtrer que les problèmes surviennent.

En premier lieu, il y a certains esprits qui vont s’approcher du groupe et faire dérailler ses membres un par un en profitant de l’écoute qu’ils ont pour leur faire ressentir de la peur et les vider, cela arrive généralement quand les objets de la pièce se mettent à bouger ou que le médium perd la tête. Puis, il y a ceux qui vont d’abord se montrer agréables, voire même se faire passer pour de vrais petits anges en disant beaucoup de belles choses et de vérités pour soudainement lancer un mensonge qui sera avalé par le groupe. Ce mensonge aura un effet destructeur et agira comme une bombe psychologique à retardement de manière à déstabiliser le mental des gens concernés. Ce sont ces deux cas qui se présentent le plus souvent, et cela perdure bien au-delà de la rencontre du groupe.

L’autre erreur du spiritisme est de se rapprocher trop facilement du dogme. Il n’est pas anodin que de nos jours les religions soient en difficulté : elles gênent le changement naturel des individus en instaurant des limites qui bloquent l’expansion. Le spiritisme fait un peu la même chose à chaque fois qu’il se place comme témoin de lois immuables ou qu’il impose une vision des choses qui ne convient pas à un individu. Même si le spiritisme est plutôt une plateforme de lancement vers des horizons plus vastes (surtout en comparaison des religions), il a tendance à boucher certaines possibilités notamment à travers son aspect : « les âmes doivent s’épurer » (et autres…)

Il est intéressant que le spiritisme ait rationalisé la vie extraterrestre, la réincarnation, l’évolution des espèces, etc en avant-première. Il est aussi intéressant de remarquer que le spiritisme n’est à l’origine pas orgueilleux mais au service de la vérité comme l’expliquent beaucoup de ses manifestes. C’est un travail plutôt admirable et surtout qui dépasse largement (mais vraiment largement) en qualité les écrits religieux classiques.

Pour finir, j’aurais tendance à dire que le spiritisme est intéressant pour ce qu’il a été mais que cet aspect ne perdure plus et que la plupart des gens sont aujourd’hui en quête personnelle qui entraîne des rencontres adaptées. Former des groupes « officiels » n’est plus nécessaire pour les plus originaux aujourd’hui à mon avis, ceux qui se posent des questions se voient donner leurs réponses à travers des rencontres adaptées sans avoir besoin d’adhérer à des associations aux buts parfois douteux…