Suicide et spiritualité

C’est une question sensible et pourtant il faut en parler parce que les suicidés laissent dans l’incompréhension beaucoup de monde.

En tant que médium, on m’a quelquefois demandé de rentrer en contact avec des défunts et parfois des suicidés. Il y a une sacré distorsion entre ce que vous pouvez penser qu’il va arriver à l’esprit d’un suicidé et ce qui lui arrive vraiment.

Premièrement, il y a deux grands types de suicides : les suicides par douleur morale (ruptures, solitude, frustration, etc) et les suicides par choix indépendant (euthanasie, ennui, etc). Et les deux donnent des résultats très différents car le premier type de suicide fait que l’on est déconnecté de notre pouvoir personnel tandis que le second est issu d’une décision réfléchie.

Lorsqu’une personne se suicide par désespoir, dépassée par sa réalité, elle se détache de son enveloppe physique et elle reprend conscience de sa nature spirituelle mais la douleur morale ne la quitte pas. Au contraire, cette douleur est démultipliée car la personne a repris une nature d’esprit avec toute la puissance des émotions qui en découle. En fait, il peut devenir difficile pour la personne de réussir à s’élever et revenir dans son monde d’origine parce qu’elle est soumise à de grandes distorsions intérieures. C’est cela qui fait que certains esprits errent à la recherche de quelque chose qui soulagera leur douleur. Heureusement, cette douleur peut être prise en charge par un autre être pour permettre au premier de s’élever et revenir dans les plans d’existence de son origine. Il peut être très difficile pour un médium de se connecter à une personne qui s’est suicidé par désespoir car la confusion mentale qui en résulte brouille la transmission d’information.

Lorsqu’une personne se suicide par choix lucide alors elle a toutes les chances de partir en paix. Il n’y a pas de punition. Quand on dit que les suicidés offensent la volonté divine, c’est souvent mal interprété. Ils offensent leur propre volonté mais pas celle d’un dieu extérieur à eux. En effet, il y a une contradiction dans le suicide car si vous prenez forme dans un corps, c’est pour y exercer votre pouvoir. Lorsque vous décidez de vous en retirer avant l’instant que vous aviez précédemment choisi en préparant votre incarnation alors vous faites deux choses contradictoires. Comme vous êtes Dieu, même si vous ne vous en rendez pas compte, alors vous venez en fait de vous retourner contre vous-même. Toutefois, la base de la vie étant la liberté, vous ne serez jamais punis si vous faites ce choix-là. La seule chose qui vous ferait du mal serait le regret d’être passé à l’acte et qui continuerait de vous tirer vers le bas.

Certains suicidés pensent tout simplement que leur vie était nulle à ce moment-là et qu’il voulait faire autre chose. Soit ! Néanmoins, le problème qu’ils avaient alors n’a pas été résolu. Le problème est tout simplement mis en pause entre deux vies. Mais à la prochaine occasion, l’apprentissage va reprendre et il faudra apprendre à dépasser le problème qui a poussé au suicide. Peut-être qu’à ce moment-là l’individu aura fait un exercice différent de son libre-arbitre et que les choses seront plus faciles. Cependant, pour moi le suicide est la preuve que l’on n’a pas su gérer sa divinité intérieure et je dis cela sans juger mais en constatant tout simplement que le contraste l’a emporté sur la volonté.

Vous êtes capables de transformer le pire en meilleur et une bonne partie de ceux qui ont laissé un héritage significatif et universel l’ont fait en transformant une frustration en oeuvre divine. Il n’est pas anodin que nos plus grands bâtisseurs, nos plus grands artistes, nos plus grands scientifiques, nos plus grands chefs aient eu des tares très pesantes. C’est l’aiguillon de l’inconfort qui a poussé leur nature divine à s’exprimer et à produire de grands résultats pour dépasser leur déséquilibres premiers. Normalement, nous ne devrions pas avoir besoin d’une telle stimulation mais quand notre éducation fait que nous ne percevons pas les bénéfices de l’exercice de notre nature créatrice. Certains sont alors dépassés par le challenge choisi dans cette vie ou par les mauvais résultats de leurs actes mais à tout moment vous pouvez décider de vous remettre à reconstruire. Faire ce choix-là, c’est déjà se redonner des forces. Ce n’est pas la compassion aveugle ou les atermoiement qui vous permettront de vous en sortir. Face à la déroute qu’éprouvent certains, il est absolument nécessaire de réapprendre à ressentir sa nature divine.

Cette sensation n’est retrouvée que lorsque la conscience choisit d’apprendre à regarder la situation sous un autre angle. Il faut rechercher dès maintenant le meilleur de chaque situation. Il faut apprendre à voir les opportunités. Beaucoup font l’inverse et apprennent à voir le pire en toute situations. Il est normal que leur vie se dégrade puisque la loi d’attraction répond à ce pessimisme. Si vous me lisez depuis longtemps, vous verrez qu’on en revient toujours à des raisonnement très simples. C’est cet exercice de notre intelligence qu’il faut rechercher et l’éventualité du suicide ne se présentera plus.