Elevation d’âmes

Lorsqu’une personne désincarne. Elle ne passe pas automatiquement dans les autres plans d’existence.

En fait, pour expliquer la chose intégralement, l’Univers physique est secondaire. Lorsque vous vous incarnez, vous dédoublez temporairement votre conscience pour qu’une partie de votre essence soit dédiée au pilotage de votre corps sur Terre. C’est pour cela que vous n’en avez pas le souvenir, c’est l’essence de votre âme qui s’incarne et pas l’ensemble de toutes ses connaissances,

Pour l’âme, il n’est pas facile d’intéragir différemment que par un corps physique avec le monde matériel. Pourquoi ? Parce que tout simplement le but du monde matériel est de produire un environnement permettant de vivre des expériences très différentes par rapport à celles des plans originels donc la matière de l’Univers physique est artificiellement éloignée des formes d’existence qui constituent les mondes spirituels.  Cela permet de faire croire que l’on peut décéder par exemple. Placés ainsi dans des situations fictives mais profondément réalistes, vous êtes obligés de rechercher des solutions et donc d’évoluer.

Lorsque vous désincarnez cependant, l’illusion a été tellement grande durant des années que forcément vous êtes un peu surpris de vous retrouver juste à côté de votre corps en train de refroidir puis de se désagréger. Certaines âmes restent ainsi à errer pendant des siècles. Elles ne sont pas ramenées parce que leur restant de libre-arbitre s’y oppose ou que leur état vibratoire les en empêche. Si par exemple elles ressassent des émotions négatives, leur énergie les enferme et empêche l’aide de leur parvenir. Parfois, elles veulent tout simplement rester sur Terre car elles n’ont plus le souvenir du bien-être des plans supérieurs et pensent donc qu’il vaut mieux rester proches. C’est pour ça qu’en reprenant conscience de ces informations de votre vivant vous apaisez le moment de votre désincarnation, qui n’implique rien de désagréable.

En fait, si on vous fait oublier ces mondes, c’est principalement pour vous empêcher de vous suicider une fois sur Terre. Car le bien-être est si grand près de la Source que forcément, vous éloigner d’elle temporairement pour vous incarner est difficile. Passer de l’amour inconditionnel à la Terre c’est un peu brutal bien que cela vous permette à votre tour de refléter la Source. C’est d’ailleurs quelque chose que vous ressentez comme une punition, la fausse impression que la vie sur Terre est une chute, un châtiment quand c’est tout le contraire.

Comme je l’ai expliqué, elles ont du mal à communiquer avec le monde matériel mais restent à proximité. Par exemple, elles vont prendre de l’énergie aux vivants pour se sentir mieux parce que leur propre connexion à la Source est si réduite qu’elles canalisent difficilement l’énergie psychique dont elles ont besoin. En fait, le second point de conscience ne retourne pas à la Source et c’est le problème car tant que l’âme est ainsi diluée entre deux points de conscience elle ne peut pas évoluer davantage.

Elever les âmes consiste à leur donner l’impulsion supplémentaire qui leur permettra de remonter dans les plans spirituels et de continuer leur parcours selon leurs volontés. L’approche futée est de les considérer toujours comme des personnes, avec l’aide des plans supérieurs et en quelques instants, il est possible de libérer des centaines, des milliers voire davantage encore d’âmes errant dans un lieu. Souvent, il m’est arrivé de devoir « nettoyer » des endroits ainsi à la demande des incarnés pour que ceux-ci puissent y vivre normalement.

L’approche déséquilibrée consiste à se la jouer façon ghostbuster. Non seulement ça ne marche pas mais en plus les plans supérieurs trouvent cela totalement irrespectueux. De plus, si l’on braque les défunts, ils ont tendance à devenir vindicatifs. Le plus drôle est sans doute qu’il n’est besoin au final d’aucun rituel et que certains se font de l’argent sur beaucoup de charlatanisme. Certains peuples ont toujours su faire monter les âmes sans avoir besoin de faire quoi que ce soit d’autre que de fermer les yeux quelques instants, le temps d’allouer de l’énergie psychique au processus.