Archives du mot-clé conscience

Le « flow » (partie III)

Pour clore la série d’articles sur le flow, je vais parler d’un fait important. En fait, vous pouvez trouver de nombreuses approches différentes pour comprendre cette impression de fluidité. Mais au fond, il y a un processus important à saisir.

La plupart des gens recherchent cet état d’aisance mais ils ne mettent pas en oeuvre le bon parcours. La plupart des activités sont en fait une recherche de cet état. Dans le cinéma, le sport extrême, les romans, toutes sortes d’activités servent en fait à trouver un reflet du flow. C’est plutôt une sensation qui est recherchée. Les gens ne regardent pas une série télévisée parce qu’ils aiment l’histoire, ils aiment la sensation qu’ils ont quand ils regardent. Ils aiment voir de l’aventure, de l’esprit d’équipe, des conflits, de l’action, etc. C’est pour cela que ce n’est pas immédiatement gênant qu’une série soit en fait une perte de temps puisqu’en fait, le temps passé à ressentir une sensation qu’on cherche à mieux identifier n’apparaît pas comme une perte. C’est cela qui fait que beaucoup de gens ont l’habitude de perdre du temps ainsi, ils recherchent au mauvais endroit l’alignement et trouvent un substitut satisfaisant.

Quand le flow est atteint, l’idée de temps ne compte plus puisque la productivité est décuplé et la fatigue disparaît. C’est la même chose que quand on a un passe-temps « inutile » au sens où la vacuité mentale qui en résulte produit un résultat similaire. La différence cependant est que cela ne mène à rien. Non seulement, vous n’avez pas découvert vraiment ce que vous voulez mais en plus vous avez perdu du temps et la situation peut empirer. Au fond, l’impression de facilité qui se dégage de beaucoup d’habitudes proches du flow rend celles-ci très addictives.

Il y a un processus important qui se cache derrière et qui peut être utilisé de manière beaucoup plus intéressante. En fait, votre conscience cherche à clarifier vos désirs. Vous utilisez le contraste pour le faire. Toutes les informations que vous collectez à l’extérieur (télé, livres, activités, etc) vous font ressentir quelque chose en fonction de votre volonté cachée. En d’autres termes, vous recherchez tout ce qui ressemble à ce que vous voulez vraiment vivre et dans une plus large mesure tout ce qui peut vous aider à mieux cerner ce voeu, même si cela doit être en percevant l’opposé de ce que vous voulez.

Il est possible de le faire plus efficacement. Tous les jours, votre esprit conscient essaie de traduire une partie de cette volonté. Vous ne pourriez pas vivre en permanence dans le flow parce que vous avez besoin de continuer à traduire cette volonté. Pour le faire, il suffit d’écrire, de faire le point, d’avoir une recherche active. Vous pourriez simplement passer 20 minutes par jour à écrire/méditer/planifier/organiser. Avec cette approche, il s’agit de construire l’état d’esprit qui mène à la productivité en cherchant à identifier ce que l’on désire vraiment accomplir. Certains sont dans cet état d’esprit environ une heure puis replongent immédiatement dans leurs habitudes improductives.

A partir du moment où vous atteignez cet état, il ne faut pas diluer son esprit avec des recherches inutiles. A terme, vous allez véritablement identifier ce qu’il y a d’important, utiliser une méthode écrite ou méditative ne vous sert qu’à identifier cette volonté. Cela est constant, tous les jours votre esprit cherche à se redéfinir. Plus que la volonté, il s’agit vraiment de comprendre son cheminement. 

Quasiment toutes les nuits, votre esprit voyage dans un plan de conscience parallèle ou dans les sous-plans intermédiaires. Il est donc normal que quasiment tous les jours, votre esprit cherche à digérer de nouveaux paramètres. L’alignement est au plus fort quand vous suivez directement les instructions de votre âme. C’est ainsi que certaines personnes se retrouvent à faire des choses qu’elles pensaient trop en dehors de leur zone de confort avec beaucoup d’aisance. En fait, comme vous planifiez la majeure partie de votre vie avant l’incarnation, la partie supérieure de vous-même, votre âme ou hyperconscience vous dirige. Quand elle le fait, elle agit apparemment comme un être séparé de vous. S’aligner, entrer dans le flow, c’est laisser ce processus se faire.

Cela va plus loin que d’être dans l’instant présent, cesser de se battre, c’est quelque part laisser l’esprit remonter à la surface. Plutôt que de faire le poisson mort, on peut nager. On peut volontairement aider l’esprit à traduire la volonté de l’âme. C’est sans fin tout en restant plaisant car la fluidité revient. C’est ainsi que les gens qui écrivent leur journal ont toujours des choses à écrire dedans. Ils traduisent une chose, en apprenne une autre, en réalise une autre, ils reconstituent le puzzle.

Certains disent que la meilleure éducation s’est faite elle-même, et c’est ce que fait l’être quand il pousse sa composante terrestre à décortiquer, analyser pour cerner sa propre volonté. Il ne faut tout simplement pas remplacer ce processus par des activités similaires mais inutiles.

Baisse de volume

Par ma médiumnité je reçois toute la journée des sollicitations ou des problématiques.

Par jour, j’ai dénombré en moyenne une centaine de sollicitations différentes dont la majeure partie sont en fait des ressentis. C’est quasiment permanent.

Il vient des défunts qui cherchent à monter ou qui veulent contacter un vivant par mon intermédiaire. Il vient des entités qui veulent se venger de moi car j’ai cassé leur influence sur un incarné. Il y a les cas que je n’arrive pas à résoudre et dans lesquels je me retrouve empêtré par des centaines d’entités qui passent d’un monde à l’autre via une quelconque faille ouverte par un abruti anonyme. Il y a les parasites qui sautent d’une aura à l’autre et que je me ramasse quand je côtoie les gens.

Il y a les lieux souillés, les gens souillés, les objets souillés et je récolte leur mauvaise énergie pour la transmuer donc potentiellement je me prends environ autant de décharges que je croise de gens dans la rue, que l’on me tend d’objets ou que je visite d’endroits. Si je mange de la chair ou que je bois un verre de trop, c’est la fin des haricots.

Alors il y a aussi le fait que je capte des choses sur ce que je veux pas savoir mais pas forcément sur ce que je veux savoir dans le même temps. C’est pratique car parfois je prends un livre en main dans l’intention de le lire puis là paf j’ai une énorme nausée donc je sais que je ne dois surtout pas le lire car son énergie pourrie suinte de partout. Il suffit de toucher pour savoir !

Avec ceux parmi mes amis qui sont aussi de bons clairvoyants, nous recevons régulièrement les actualités de l’avenir. On sent venir les crises dans la société, on peut dire à peu près la semaine, le mécanisme de la crise à venir, les conséquences, comment se sentiront les humains, s’il y aura beaucoup de morts.

Simultanément, il y a les sphères supérieures qui sont dans leur « plan » pour améliorer la Terre et qui nous déplacent comme des gentils pions. Sauf que si je suis fatigué et que je veux pas les écouter alors ils appuient. Ils appuient véritablement, toute la journée ils appuient progressivement. C’est un peu comme si quelqu’un appuyait avec son poing sur votre plexus et de plus en plus fort jusqu’à temps que vous réalisiez que la demande est prioritaire. L’énergie s’accumule et comme je suis plutôt têtu, elle s’accumule jusqu’à temps que je sois bien à cran et que je cède. Une fois que le travail est fait (souvent c’est simplement une guérison ou un message à récupérer) j’entends : « voilà qui est mieux » ou « cela devait être fait » pour l’ironie.

Et cerise sur le gâteau, il y a mon ange gardien qui veut plus de câlins le pauvre.

En ce moment, tout dégorge. C’est un peu ça 2012. Beaucoup se préparent à désincarner, beaucoup purgent leurs karma, les mémoires de leurs anciennes vies et donc toute  le pire remonte. C’est pour ça que les gens sont fatigués sans raison, irritables, n’ont pas le moral. Si simplement ils cherchaient à s’améliorer, ils passeraient cette phase sans encombre. Bien sûr, les gens sont fainéants. Etre paresseux, c’est bien dans une certaine mesure, ça permet aux êtres physiques de pas faire n’importe quoi et d’utiliser au mieux leurs ressources. Néanmoins, chez les humains ça produit l’effet inverse et atteint des proportions suicidaires.

C’est difficile de comprendre tout ce qui se passe en nous en ce moment. Même moi qui ait une certaine clarté, je me pose tous les jours de nouvelles questions parce qu’un jour mes facultés disparaissent pour revenir dédoublées ou divisées par deux le lendemain. Simultanément, de plus en plus d’entre nous se retrouvent à capter les émotions/énergies des autres. Il ne faut pas se laisser entraîner dans la confusion.

Si simplement vous baissiez le volume de sollicitations extérieures, alors vous auriez un meilleur ancrage. Je l’ai expliqué dans de précédents billets.

Alors que faire maintenant quand on ne peut pas directement réduire le volume ? Voici une partie de mes méthodes :

1 – On reste concentré sur des travaux créatifs un peu chaque jour (tenir un journal, peindre, programmer, rédiger, cuisiner, etc). Tout activité qu’on aime doit être effectuée quotidiennement.

2 – On ne déterre pas volontairement ce qui ne va pas, on ne cherche pas à expliquer ce qui ne va pas en nous, on se concentre sur ce qu’on désire le plus. On ne fait pas de régressions dans ses vies antérieures qui ne soit pas obligatoire, on ne cherche pas. On remet à la Source et on reçoit seulement ce qu’on doit.

3 – On ne reste pas inactif. On s’occupe l’esprit. Dans le pire des cas, on vide son esprit mais on ne le laisse pas divaguer. On évite toute activité diluante (télévision, jeux vidéos, lecture de romans).

4 – On se repose avant d’être fatigué (ce qui permet de gagner plusieurs heures par jours d’efficacité et de réduire le temps de sommeil).

5 – On ne se laisse pas entraîner dans les conflits personnels/sociaux/ethniques/religieux/etc. Dans l’impression de marasme, on remet à la Source et on fait simplement en sorte d’être disposé à s’améliorer.

6 – On lâche prise sur tout : sensations, mauvaises énergies ou situations, entités, mauvaises émotions, mauvaise santé.

7 – On effectue un projet étape après étape.

8 – On pense simplement à faire le maximum le jour-même, on oublie demain et après-demain (approche absolument miraculeuse puisqu’elle laisse circuler l’énergie).

9 – On cherche toutes les techniques pour optimiser le quotidien puis on les laisse tomber ce qui permet paradoxalement de les utiliser mieux. En effet, vous ne perdez plus de temps à planifier, votre esprit met tout en oeuvre automatiquement.

10 –  On insiste sur tout point qui permet d’apprendre, de s’améliorer en quoi que ce soit.

Penser davantage en dehors des principes

Une grosse limitation de la réflexion humaine est le fait qu’elle s’appuie sur des principes.

C’est un peu comme si vous vous attendiez à ce que tout le monde voit les mêmes couleurs. Forcément, si vous ne pouviez voir qu’en nuances de gris alors vous auriez des problèmes à saisir les concepts si quelqu’un venait vous expliquer les couleurs. Bien sûr, vous n’êtes pas en mesure de voir toutes les couleurs qui peuvent exister car votre oeil n’a pas les moyens d’en saisir davantage. D’ailleurs, les gens ne s’accordent pas entre eux pour déclarer la limite entre certaines couleurs, quand passe-t-on véritablement du vert pâle au cyan ? du cyan au bleu ? Vous ne seriez pas capables de tous vous mettre d’accord parce que vos perceptions ne sont pas strictements identiques dans la matière.

Plus généralement, vous limitez votre conception des principes qui régissent la pensée créatrice par le même mécanisme. Vous ne percevez pas directement donc vous négligez ou alors vous niez. Il est intéressant de constater que vous tentez d’interpréter ce qui se passe dans d’autres mondes à partir de ce que vous constatez dans le monde physique et inversement.

Un exemple que mes guides aiment bien est celui de la boîte vide. Si vous prenez une boîte vide dans le monde physique et que vous la laissez fermée alors il ne se produit rien de significatif à l’intérieur. L’air s’y déplace un peu par convection et par d’autres phénomènes d’amplitude moindre mais il ne va certainement pas apparaître une orange dans la boîte si rien ni personne ne l’y dépose directement. Vous pouvez ouvrir et fermer la boîte à volonté, rien ne va se précipiter à l’intérieur, votre agitation et espérance ne produiront sans doute rien.

En revanche, si vous faisiez la même expérience dans un autre monde. Il n’y aurait peut-être aucune loi de conservation qui empêcherait qu’il se produise bien des choses dans cette boîte. Il pourrait y apparaître quelque chose ou bien la boîte pourrait disparaître ou changer de taille ou fondre sans raison apparente. En fait, il n’y a aucune nécessité que deux mondes soient semblables. D’ailleurs, il se peut que la boîte ne puisse pas exister sous la même forme dans tous les mondes voire ne pas y exister du tout.

Et le monde physique ne peut justement pas exister simplement par les principes que la science énonce pour l’instant. Il faut trouver une solution à cela, il faut soit que des lois physiques tombent, soit qu’elles soient dominées par d’autres plus puissantes et permettant aux choses d’apparaître à partir de rien dans un premier temps.

Evidemment, il semble plus intuitif d’aller vers le fait qu’à un moment donné il ne devait y avoir aucune loi, aucun principe, et surtout aucun principe qui  empêche n’importe quel autre principe de devenir valable sans raisons. Voilà comment j’expliquais le fait que l’Esprit infini puisse exister dans un précédent billet.

L’important ici est de voir qu’en lisant moins de 500 mots vous pouvez réaliser que les choses ne sont pas aussi figées qu’elles y paraissent au premier abord. Vous ne savez pas véritablement toutes les lois qui régissent le fonctionnement de la boîte vide.

Et si maintenant, on considère que votre crâne est une boîte comme une autre (pas vide car c’est « pour gens futés » ici) alors oui effectivement, vous n’êtes pas certains non plus des lois qui régissent le fonctionnement de votre esprit. Et justement en tant qu’âmes, vous n’êtes pas soumis aux mêmes lois que le monde physique et peut-être que tout peut se créer dans la boîte que constitue l’esprit d’autant plus que vous ne savez pas véritablement quels principes (tels que l’attraction) votre conscience va être en mesure d’utiliser pour modifier le monde physique par la suite. C’est pour ça qu’il serait peut-être intéressant de prendre du recul face à ce que vous observez directement pour essayer de réfléchir à ce qui pourrait se passer d’invisible simultanément.

Dépolarisez vos consciences

Vous avez encore pour la plupart cette conscience dualitaire, qui oppose les contraires.

Il est vrai que dans le monde matériel les contraires s’affrontent alors que dans les autres mondes, les polarités sont plutôt en alchimie. C’est une bénédiction pour vous d’être incarnés dans un monde où on peut voir le meilleur comme le pire. En fait, c’est la seule raison d’existence de la matière. En tant que consciences vous vous redéfinissez par rapport à ce que vous voyez. Si vous étiez dans le néant originel, vous ne pourriez pas comparer ce que vous avez en vous de ce qui est autour de vous. Votre âme se cherche et s’organise à partir de la contrainte qu’elle subit dans le monde matériel.

Néanmoins, vous avez une immense propension à classifier les choses et à bloquer votre génie de créativité et d’adaptation. A force de rejeter certains aspects et de louer leurs contraires, vous vous privez de votre sagesse divine. En effet, toutes les dualités sont contenues dans votre âme et leur danse permet de créer efficacement. C’est lorsque vous vous privez de cette alchimie que vous parvenez aux déséquilibres.

Donc, plutôt que de condamner ce qui s’oppose à vous, relâchez la perspective dualitaire et surfez sur la vague. Vous avez cette capacité en vous de transformer toute opposition en outil d’avancement.

Vous n’êtes pas là pour dire : « ceci est bien, ceci est mal, vivez comme moi ». Cela n’a pas de sens, d’ailleurs c’est cette abondance de mental qui a rendu les choses si difficiles pour beaucoup. Si vous donniez plus d’importance à ce que vous ressentez et à ce qui vous arrive à vous alors vous n’auriez pas le temps d’opposer « bien » et « mal », vous iriez au-delà. Pour ramener de la fluidité, vous pouvez commencer à remarquer qu’en vous il y a toujours de la vie et de l’élan. A partir de là, vous ne direz plus « ce qui m’arrive est mal/bien », vous direz « que puis-je apprendre de cette situation ? ». On vous fait cheminer sur Terre vers ce que vous désirez mais comme vous focalisez sur les obstacles, vous ne les dépassez que difficilement.

En abandonnant la pensée polarisée, vous comprendrez que ces opposés visent à vous faire vous mouvoir entre eux, pas à expérimenter seulement l’un ou seulement l’autre. On vous met sous tension, on vous pousse à définir des nuances, pas à vous coller sur un extrême comme sur du papier tue-mouche.

La conscience polarisée mène aussi aux pires inepties mentales de l’ordre de : « réussir dans la vie revient à voler aux autres » ou « on se sert, ou on sert les autres mais jamais les deux en même temps ». Admirez comme ces croyances sont répandues. Pourtant, nous pourrions dire qu’une personne qui réussit en affaires arrive à vendre quelque chose aux autres, c’est à dire que les autres veulent l’acheter, tout le monde y gagne non ? Et celui qui prend soin de lui, n’a-t-il pas plus à apporter aux autres ensuite ? Comme vous êtes dans un temps linéaire, vous voyez les choses comme bien ou mal sans forcément saisir leur enchaînement.

Prendre conscience de l’alchimie entre les choses vous permettra de retirer de votre esprit une ribambelle de croyances limitantes qui vous empêchent d’accéder à l’abondance et à la réussite. Vous n’abandonnerez pas votre moralité, bien au contraire, vous saurez la mettre subtilement au service des autres. Vous saurez aussi plus facilement accepter la souffrance, et ne plus la voir comme quelque chose à éviter, mais quelque chose qu’on peut annexer à un but, qu’on peut transformer en goût pour l’effort.

Tout revers de fortune sera l’occasion pour vous de développer votre résilience et de rebondir complètement. Vous avez besoin de relâcher ce surplus d’activité mentale pour que l’énergie de votre vie circule librement. Vous vibrerez différemment, avec plus de sérénité et d’acceptance, aurez à l’oeil vos objectifs sans délaisser le présent. Ceci à un effet non négligeable sur votre capacité à attirer à vous de nouvelles situations. Vous ne serez plus pris dans les illusions du présent mais dans la sérénité de la continuité ce qui vous évitera d’investir votre énergie psychique dans des blocages. Laissez l’énergie circuler plus librement dorénavant.