Archives du mot-clé énergie

Le « flow » (partie I)

Il y a un concept très new-age que je trouve particulièrement pertinent, c’est celui du « flow ». Le flow est l’état dans lequel vous êtes simultanément : concentré, productif, détendu, apaisé, confiants, etc… Ainsi, c’est un peu la somme de tout ce qu’il fait bon d’être tout en restant productifs. D’autre part, c’est aussi la configuration dans laquelle les choses parviennent à vous sans effort disproportionné, l’état dans lequel faire est aisé et où les choses semblent coopératives avec vous. En fait, c’est que personnellement j’appelle l’alignement.

Il est intéressant de voir que la majorité des anciennes civilisations considérait l’Univers comme un tout, une sorte d’immense système d’engrenages qui vont soit trop vite pour nous, soit trop lentement, qui peuvent nous écraser ou nous desservir. Dans ces cultures, tout le monde était à l’affût des signes pour mieux s’insérer dans les cycles universels.

Inversement, de nos jours, tout rentre bien dans des cycles mais ceux-ci sont séparés de la conscience, ils sont considérés comme mécaniques, automatiques. Il n’y a qu’une théorie qui commence à faire le lien entre la conscience (et notamment la Conscience Universelle) avec le déroulement du quotidien : la théorie quantique. Toutefois, en ce qui me concerne, je ne me reposerais pas sur celle-ci car elle est si balbutiante qu’on peut y démontrer finalement un peu tout et son contraire d’autant plus qu’il est expérimentalement très difficile de valider une sous-théorie dans ce champ de la physique. Il y a beaucoup d’expériences qui montrent l’influence des émotions sur l’eau ou les cristaux, ou même la télépathie mais elles ne sont pas suffisantes du tout pour décrire le fonctionnement réel de l’Univers.

Néanmoins, vous disposez de la clarté nécessaire pour vous aligner. Et que vous le sachiez ou non, en permanence l’Univers garde un oeil sur vous. En fait, il est clair pour moi que toutes les choses sont connectées. C’est ultra net à mes yeux puisque je m’en sers quotidiennement. C’est ce qui me permet de rester toujours détendu, de recevoir sans fatigue disproportionnée tout ce que je demande, de recevoir toutes les idées dont j’ai besoin, de recevoir toutes les opportunités au bon moment. Bien sûr, j’ai aussi des « désalignements », notamment vis-à-vis de l’usage du temps.

Cette efficacité est accessible à tout le monde parce que la Conscience imprègne toutes choses, des plus laides aux plus belles. Finalement, beaucoup de gens recherchent la Sagesse alors qu’ils baignent dedans. C’est leur recherche qui bloque la manifestation de l’Harmonie.

Pour s’aligner véritablement, il faut abandonner la lutte. Cela va à l’encontre de tout ce qu’on nous enseigne puisqu’on nous apprend à insister. En fait, il faut laisser couler, une toute petite seconde au moins. Il faut se recueillir une toute petite seconde pour relâcher le mental. Vous sortez régulièrement de piste, ça fait partie du jeu. Simplement, si vous ne prenez pas le temps de remettre vos chaussures, vous restez à côtés de vos pompes. Il s’agit tout bêtement de remettre à zéro l’esprit. Cela s’apprend. Quand une tâche génère de la confusion, il ne vous faut que le temps de dire : « mon esprit se vide » pour qu’immédiatement il se vide. En relâchant un petit instant la pression, vous avez la possibilité de reprendre votre rythme normal de fonctionnement, de vous aligner.

Cela peut paraître vague, mais pourtant vous connaissez sans doute cet état d’alignement. Il vous est sans doute déjà arrivé de vous concentrer sur une tâche jusqu’au point où le reste s’évanouit. Ce mode de fonctionnement est très opposé avec le mode primaire de l’égo qui cherche à tout voir, à tout contrôle, à tout anticiper. C’est un énorme générateur de stress parce que vous ne pouvez pas y arriver. Vous n’êtes pas faits pour cela. Vous êtes focalisés dans la matière, vous n’avez pas de perspective suffisante. Vous pouvez seulement ressentir les signaux émotionnels de votre hyperconscience, de la partie supérieure de l’être.

Vous ne savez pas si vous aurez droit à une série de feux verts en prenant le volant, il y aura sans doute des feux rouges. C’est exactement la même chose dans le reste de vos activités mais plutôt que de voir des feux, vous ressentez des émotions. Plutôt que de vous inclure dans la circulation, vous profitez des cycles universels. Vous savez intuitivement quand vous allez trop loin, trop fort, vous êtes dotés de la capacité de le savoir. Vous êtes naturellement connectés. Si vous ne le ressentez pas, c’est que vous avez un énorme travail de lâcher-prise à faire. Voudriez-vous griller un feu rouge ? Non.

Si la partie terrestre de votre être est mal à l’aise, c’est parce qu’elle outrepasse ses fonctions. Elle ne devrait pas être en difficulté si elle n’allait pas plus loin qu’elle le devrait. Bien sûr, vous serez toujours actifs mais les choses n’ont pas à être difficile. Personnellement, je me demande comment j’ai pu vivre en désalignement. Je gaspillais beaucoup d’énergie : soit j’enfonçais les portes ouvertes, soit j’essayais de pousser les murs. C’était stressant, inutile. Maintenant, si je cherche quelque chose, je n’ai pas à forcer. C’est la chose qui me cherche ! Je fais les démarches mais je fais les bonnes. Du premier coup, j’obtiens. C’est assez rigolo de voir la panique autour de moi dans le même genre de situation. Tout le monde stresse, je suis relax. Au pire, je m’ennuie, ça j’admets que ma nature impatiente me décroche et m’empêche souvent de profiter du présent.

Pas trop vite, pas trop fort. On a tendance à tenter de tout cadrer, à tout vouloir quantifier. On ne peut pas. Et justement, quand une personne n’agit pas en alignement. Elle décroche totalement. Elle pense être plus productive, elle se plante. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’elle consomme plus d’énergie psychique qu’elle n’en draine véritablement. C’est pour ça que la première pensée qu’ont la majorité des gens lorsqu’on leur parle de lâcher-prise est le ramollissement total. Au fond, ils en ont besoin. Ils se sont tellement usés, qu’ils s’épuisent et donc le seul moyen de revenir à la normale est d’entrer en léthargie (souvent devant une série pourrie à la télé). Ils veulent gérer leur sommeil, le faire passer de 8h en se levant fatigué à 6h en se levant en pleine forme. C’est impossible, ils ne sont pas alignés. Ils ne dorment pas quand ils en ont besoin, ils ne mangent pas quand ils en ont besoin. Ils ne sont pas dans le flow.

Si on vit longtemps complètement désaligné comme ça, dès qu’on lâche-prise on devient inactif parce qu’on a tellement tiré sur la corde que l’équilibre doit revenir et qu’il faut un peu de temps, qu’on oscille entre deux états. Mais au fond, on préfèrerait évidemment employer tout son temps à des activités significatives, ne pas avoir besoin de se reposer, d’avoir de l’épuisement. C’est aussi un signe de désalignement. Si on est alignés avec la Source, alors on est actifs, très actifs, très créatifs. Toutefois, on ne peut pas lutter, on ne peut pas forcer les choses. Vous le ressentez dans la procrastination. Lorsque vous vous poussez à travailler, vous finissez par trouver autre chose à faire. Cela peut être deux choses : soit vous ne devez pas faire la chose et vous tendez naturellement à faire ce qu’au fond de vous vous savez devoir accomplir à la place, soit vous êtes tellement déphasés que vous n’avez pas l’énergie de le faire. C’est pénible. Si vous continuez de forcer, vous continuez de sortir des clous, si vous laissez tomber, vous culpabiliser. C’est à ce moment-là qu’il faut lâcher prise, cesser de lutter, cesser de se blâmer. Vous vous sentez si mal à ce moment-là, que faire de plus que de se purger de l’émotion ? Il n’y a qu’en laissant couler que vous allez créer une fenêtre de temps pour vous remettre à la tâche de vous-même.

Vous ne pouvez pas continuer d’avoir ces émotions pénibles et arriver à vous aligner. Certains pensent qu’ils doivent réduire leur temps de sommeil ou de loisir pour accomplir un projet qui leur tient à coeur. C’est encore une fois du contrôle, ce genre d’approche provient de l’égo, de la partie qui cherche à contrôler, maîtriser. Si vous pouviez tout simplement passer un peu plus de temps à ce projet qui vous fait tant plaisir, vous dormiriez moins. C’est exactement l’inverse en fait. Vous faîtes ce que votre âme demande, vous recevez l’énergie qui provient de la pleine coopération des différentes composantes de l’être et donc vous êtes moins fatigués. Vous serez moins fatigués après avoir travaillé qu’avant parce que vous serez en état d’alignement.

Il y a un travail d’acceptation à faire peut-être. En tout cas, il est nécessaire de se libérer du besoin de contrôle. Même si vous intégrez intellectuellement parlant ce que j’écris, vous ne l’assimilerez qu’au bout de longs mois voire années dans votre fonctionnement émotionnel.

A suivre…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Baisse de volume

Par ma médiumnité je reçois toute la journée des sollicitations ou des problématiques.

Par jour, j’ai dénombré en moyenne une centaine de sollicitations différentes dont la majeure partie sont en fait des ressentis. C’est quasiment permanent.

Il vient des défunts qui cherchent à monter ou qui veulent contacter un vivant par mon intermédiaire. Il vient des entités qui veulent se venger de moi car j’ai cassé leur influence sur un incarné. Il y a les cas que je n’arrive pas à résoudre et dans lesquels je me retrouve empêtré par des centaines d’entités qui passent d’un monde à l’autre via une quelconque faille ouverte par un abruti anonyme. Il y a les parasites qui sautent d’une aura à l’autre et que je me ramasse quand je côtoie les gens.

Il y a les lieux souillés, les gens souillés, les objets souillés et je récolte leur mauvaise énergie pour la transmuer donc potentiellement je me prends environ autant de décharges que je croise de gens dans la rue, que l’on me tend d’objets ou que je visite d’endroits. Si je mange de la chair ou que je bois un verre de trop, c’est la fin des haricots.

Alors il y a aussi le fait que je capte des choses sur ce que je veux pas savoir mais pas forcément sur ce que je veux savoir dans le même temps. C’est pratique car parfois je prends un livre en main dans l’intention de le lire puis là paf j’ai une énorme nausée donc je sais que je ne dois surtout pas le lire car son énergie pourrie suinte de partout. Il suffit de toucher pour savoir !

Avec ceux parmi mes amis qui sont aussi de bons clairvoyants, nous recevons régulièrement les actualités de l’avenir. On sent venir les crises dans la société, on peut dire à peu près la semaine, le mécanisme de la crise à venir, les conséquences, comment se sentiront les humains, s’il y aura beaucoup de morts.

Simultanément, il y a les sphères supérieures qui sont dans leur « plan » pour améliorer la Terre et qui nous déplacent comme des gentils pions. Sauf que si je suis fatigué et que je veux pas les écouter alors ils appuient. Ils appuient véritablement, toute la journée ils appuient progressivement. C’est un peu comme si quelqu’un appuyait avec son poing sur votre plexus et de plus en plus fort jusqu’à temps que vous réalisiez que la demande est prioritaire. L’énergie s’accumule et comme je suis plutôt têtu, elle s’accumule jusqu’à temps que je sois bien à cran et que je cède. Une fois que le travail est fait (souvent c’est simplement une guérison ou un message à récupérer) j’entends : « voilà qui est mieux » ou « cela devait être fait » pour l’ironie.

Et cerise sur le gâteau, il y a mon ange gardien qui veut plus de câlins le pauvre.

En ce moment, tout dégorge. C’est un peu ça 2012. Beaucoup se préparent à désincarner, beaucoup purgent leurs karma, les mémoires de leurs anciennes vies et donc toute  le pire remonte. C’est pour ça que les gens sont fatigués sans raison, irritables, n’ont pas le moral. Si simplement ils cherchaient à s’améliorer, ils passeraient cette phase sans encombre. Bien sûr, les gens sont fainéants. Etre paresseux, c’est bien dans une certaine mesure, ça permet aux êtres physiques de pas faire n’importe quoi et d’utiliser au mieux leurs ressources. Néanmoins, chez les humains ça produit l’effet inverse et atteint des proportions suicidaires.

C’est difficile de comprendre tout ce qui se passe en nous en ce moment. Même moi qui ait une certaine clarté, je me pose tous les jours de nouvelles questions parce qu’un jour mes facultés disparaissent pour revenir dédoublées ou divisées par deux le lendemain. Simultanément, de plus en plus d’entre nous se retrouvent à capter les émotions/énergies des autres. Il ne faut pas se laisser entraîner dans la confusion.

Si simplement vous baissiez le volume de sollicitations extérieures, alors vous auriez un meilleur ancrage. Je l’ai expliqué dans de précédents billets.

Alors que faire maintenant quand on ne peut pas directement réduire le volume ? Voici une partie de mes méthodes :

1 – On reste concentré sur des travaux créatifs un peu chaque jour (tenir un journal, peindre, programmer, rédiger, cuisiner, etc). Tout activité qu’on aime doit être effectuée quotidiennement.

2 – On ne déterre pas volontairement ce qui ne va pas, on ne cherche pas à expliquer ce qui ne va pas en nous, on se concentre sur ce qu’on désire le plus. On ne fait pas de régressions dans ses vies antérieures qui ne soit pas obligatoire, on ne cherche pas. On remet à la Source et on reçoit seulement ce qu’on doit.

3 – On ne reste pas inactif. On s’occupe l’esprit. Dans le pire des cas, on vide son esprit mais on ne le laisse pas divaguer. On évite toute activité diluante (télévision, jeux vidéos, lecture de romans).

4 – On se repose avant d’être fatigué (ce qui permet de gagner plusieurs heures par jours d’efficacité et de réduire le temps de sommeil).

5 – On ne se laisse pas entraîner dans les conflits personnels/sociaux/ethniques/religieux/etc. Dans l’impression de marasme, on remet à la Source et on fait simplement en sorte d’être disposé à s’améliorer.

6 – On lâche prise sur tout : sensations, mauvaises énergies ou situations, entités, mauvaises émotions, mauvaise santé.

7 – On effectue un projet étape après étape.

8 – On pense simplement à faire le maximum le jour-même, on oublie demain et après-demain (approche absolument miraculeuse puisqu’elle laisse circuler l’énergie).

9 – On cherche toutes les techniques pour optimiser le quotidien puis on les laisse tomber ce qui permet paradoxalement de les utiliser mieux. En effet, vous ne perdez plus de temps à planifier, votre esprit met tout en oeuvre automatiquement.

10 –  On insiste sur tout point qui permet d’apprendre, de s’améliorer en quoi que ce soit.

Prétextes

Il est malin de constater que la plupart des actions entreprises sont issues de prétextes. C’est un manque avéré de pouvoir sur vous-même.

A tout instant, vous pourriez trouver une infinité de raisons de vous comporter d’une certaine manière ou une autre infinité de raisons de vous comporter de manière opposée.

Et c’est intéressant parce que finalement peu de prétextes tiennent la route. Dans le même temps, cela détermine totalement la manière dont vous vous servez de votre énergie.

En décidant fermement d’une chose vous commencez tout de suite à canaliser les moyens de manifester cette chose dans le monde physique. Il suffit de se convaincre que c’est le bon choix.

Souvent, vous réduisez votre pouvoir sur les choses en trouvant des prétextes qui soutiennent l’idée de la faiblesse au présent.

C’est un comportement que je retrouve couramment chez les gens qui utilisent leurs capacités psychiques pour canaliser des informations ou faire des guérisons. Sous le prétexte de la moindre mauvaise énergie, plutôt que de reprendre les choses en main et de retrouver le contrôle, ils trouvent toutes les raisons possibles pour ne pas utiliser leurs capacités.

« Je reprendrai les guérisons après avoir jeûné une semaine parce là je me sens pas bien. » « Je n’arrive pas à entendre clairement le message parce que j’ai eu une dure journée au boulot. » « Je suis en difficulté face à une entité et je n’arrive pas à m’en défendre. »

Ce genre de déclaration n’a aucune raison d’être vraie. Elles ont un effet sur les émotions et c’est seulement ainsi qu’elles peuvent sembler vraies. Votre énergie suit vos émotions, elle ne peut pas faire autrement. A chaque fois que vous adoptez une pensée qui vous fait vous sentir mal alors forcément votre énergie se barre.

Si vous changiez immédiatement d’état émotionnel alors votre énergie suivrait immédiatement.

Cela est beaucoup plus facile à comprendre pour ceux qui ont l’habitude d’utiliser leur facultés psychiques néanmoins le même conseil est valable dans n’importe quel autre domaine.

Chacune des pensées que vous avez voyage indépendamment. Chacune de vos idées est issue du programme que toutes les pensées associées constituent. Ces constructions évoluent dans un état proche de ce que serait la pensée pure. C’est cette énergie qu’on peut explorer pour déterminer l’avenir de quelqu’un. Ce n’est pas un avenir tracé, c’est le résultat de toutes les pensées insérées dans ce programme. C’est pour cela d’ailleurs que l’on a parfois le pressentiment que les choses changent. Quand ces pensées continuent d’organiser votre présent, elles déplacent beaucoup d’énergie et vous ressentez l’avènement de choses importantes ainsi.

Ce système qui conditionne l’évolution des situations est très proche de l’état originel de l’esprit : c’est immatériel, cela ne subit pas le temps, cela consomme peu d’énergie et en draine à volonté. C’est intéressant de voir ou de ressentir ce phénomène parce les choses progressent d’abord ainsi avant de pouvoir constater le moindre effets. C’est en fait la confirmation de l’idée intuitive que l’on a des mondes spirituels et de leur pré-existence par rapport aux mondes physiques.

Les prétextes sont des instructions parasites que vous insérez dans ce programme qui détermine votre instant présent. Si vous pouvez retirer les prétextes alors les choses s’ordonnent différemment.

Médiumnité et protection psychique

Je travaille régulièrement sur des cas de personnes ayant une forte sensibilité médiumnique qui se retrouvent parasitées par des entités ou l’énergie des autres. Je retire régulièrement des entités troublantes sur ces personnes parce qu’elles ne savent pas se protéger.

Déjà, si comme je l’explique souvent, les pensées étaient mieux maîtrisées, l’énergie ne ferait pas n’importe quoi. C’est à dire que si simplement vous restiez dans un état d’esprit calme, vous ne seriez pas gênés par votre médiumnité. Et le filtrage des pensées reste fondamental parce qu’un des premiers aspects de la médiumnité est la capacité à recevoir des pensées par télépathie.

Parmi vos pensées vont s’insérer des pensées étrangères pour vous guider initialement. Cependant, plus vous descendez émotionnellement et plus il est facile de capter les pensées d’entités agressives alors qu’il devient plus difficile de capter les conseils de vos guides. Il est simultanément plus difficile d’identifier les pensées qui ne sont pas les vôtres. Cela devient donc étrange puisqu’on ne discerne plus forcément qui l’on est, notre identité, nos propres pensées de celles d’autres consciences.

L’inaptitude à rester dans son énergie, ancré en soi rend le quotidien très difficile si l’on n’est pas en mesure de trouver des moyens de se reconnaître. Si en amont vous aviez l’habitude de constater la réponse émotionnelle associée à vos pensées alors vous détecteriez de suite les pensées étrangères pour les analyser voire les annuler. La partie divine de vous répond constamment par vos émotions à vos pensées et c’est ainsi que vous pouvez continuer de vous reconnaître.

Parfois il est trop tard tellement le mental est noyé dans le mélange des pensées pour employer cette technique. Il est donc temps de passer à d’autres méthodes. Et là, encore, il suffirait simplement d’arriver à rassembler votre intention pour que votre énergie obéisse mais comme certains laissent leur mental se diluer ils en sont incapables. Voilà pourquoi on en vient à devoir utiliser des « méthodes » et des « techniques ».

Si simplement vous pouviez imaginer que de la lumière blanche fasse écran autour de vous alors votre énergie obéirait tout de suite et ferait barrière. Parfois vous n’avez même plus l’énergie de le faire parce que tellement d’entités (ou parfois une seule grosse) détournent votre énergie que vous n’avez plus d’aura. Naturellement, l’aura joue ce rôle protecteur mais lorsqu’elle est amoindrie vous devenez encore plus vulnérables voilà pourquoi il faut refaire volontairement, consciemment ce genre de visualisation.

La prière est une réponse toute simple à ce genre de situation parce qu’elle appelle des êtres plus avancés pour leur demander de l’aide. Du moment que vous n’en profitez pas pour  vous rouler dans les émotions négatives vous ne pouvez que vous en sentir mieux.

L’hygiène de vie est fondamentale. C’est tout bête mais ça fait une grande différence. Certaines personnes qui voient les fluides des corps énergétiques m’ont déjà dit voir des fumerolles noires sortir de leur corps alors qu’ils faisaient du sport. Tout simplement l’activité physique pousse le corps à bouger. Tout comme l’alimentation, je ne crois pas qu’on puisse être un bon médium et manger de la chair. En ce qui me concerne je suis végétarien quasi-végétalien car si je mange de la viande, j’absorbe directement la souffrance de l’abbattage. En plus de la dette karmique qui est contractée, vous risquez de collecter toute la souffrance des animaux et de salir votre énergie, impossible alors de correctement soigner ou exorciser. Si déjà vous n’aviez pas besoin de vous nettoyer à cause de vos habitudes de vie, vous seriez plus facilement protégés contre le reste.