Archives du mot-clé éveil

Baisse de volume

Par ma médiumnité je reçois toute la journée des sollicitations ou des problématiques.

Par jour, j’ai dénombré en moyenne une centaine de sollicitations différentes dont la majeure partie sont en fait des ressentis. C’est quasiment permanent.

Il vient des défunts qui cherchent à monter ou qui veulent contacter un vivant par mon intermédiaire. Il vient des entités qui veulent se venger de moi car j’ai cassé leur influence sur un incarné. Il y a les cas que je n’arrive pas à résoudre et dans lesquels je me retrouve empêtré par des centaines d’entités qui passent d’un monde à l’autre via une quelconque faille ouverte par un abruti anonyme. Il y a les parasites qui sautent d’une aura à l’autre et que je me ramasse quand je côtoie les gens.

Il y a les lieux souillés, les gens souillés, les objets souillés et je récolte leur mauvaise énergie pour la transmuer donc potentiellement je me prends environ autant de décharges que je croise de gens dans la rue, que l’on me tend d’objets ou que je visite d’endroits. Si je mange de la chair ou que je bois un verre de trop, c’est la fin des haricots.

Alors il y a aussi le fait que je capte des choses sur ce que je veux pas savoir mais pas forcément sur ce que je veux savoir dans le même temps. C’est pratique car parfois je prends un livre en main dans l’intention de le lire puis là paf j’ai une énorme nausée donc je sais que je ne dois surtout pas le lire car son énergie pourrie suinte de partout. Il suffit de toucher pour savoir !

Avec ceux parmi mes amis qui sont aussi de bons clairvoyants, nous recevons régulièrement les actualités de l’avenir. On sent venir les crises dans la société, on peut dire à peu près la semaine, le mécanisme de la crise à venir, les conséquences, comment se sentiront les humains, s’il y aura beaucoup de morts.

Simultanément, il y a les sphères supérieures qui sont dans leur « plan » pour améliorer la Terre et qui nous déplacent comme des gentils pions. Sauf que si je suis fatigué et que je veux pas les écouter alors ils appuient. Ils appuient véritablement, toute la journée ils appuient progressivement. C’est un peu comme si quelqu’un appuyait avec son poing sur votre plexus et de plus en plus fort jusqu’à temps que vous réalisiez que la demande est prioritaire. L’énergie s’accumule et comme je suis plutôt têtu, elle s’accumule jusqu’à temps que je sois bien à cran et que je cède. Une fois que le travail est fait (souvent c’est simplement une guérison ou un message à récupérer) j’entends : « voilà qui est mieux » ou « cela devait être fait » pour l’ironie.

Et cerise sur le gâteau, il y a mon ange gardien qui veut plus de câlins le pauvre.

En ce moment, tout dégorge. C’est un peu ça 2012. Beaucoup se préparent à désincarner, beaucoup purgent leurs karma, les mémoires de leurs anciennes vies et donc toute  le pire remonte. C’est pour ça que les gens sont fatigués sans raison, irritables, n’ont pas le moral. Si simplement ils cherchaient à s’améliorer, ils passeraient cette phase sans encombre. Bien sûr, les gens sont fainéants. Etre paresseux, c’est bien dans une certaine mesure, ça permet aux êtres physiques de pas faire n’importe quoi et d’utiliser au mieux leurs ressources. Néanmoins, chez les humains ça produit l’effet inverse et atteint des proportions suicidaires.

C’est difficile de comprendre tout ce qui se passe en nous en ce moment. Même moi qui ait une certaine clarté, je me pose tous les jours de nouvelles questions parce qu’un jour mes facultés disparaissent pour revenir dédoublées ou divisées par deux le lendemain. Simultanément, de plus en plus d’entre nous se retrouvent à capter les émotions/énergies des autres. Il ne faut pas se laisser entraîner dans la confusion.

Si simplement vous baissiez le volume de sollicitations extérieures, alors vous auriez un meilleur ancrage. Je l’ai expliqué dans de précédents billets.

Alors que faire maintenant quand on ne peut pas directement réduire le volume ? Voici une partie de mes méthodes :

1 – On reste concentré sur des travaux créatifs un peu chaque jour (tenir un journal, peindre, programmer, rédiger, cuisiner, etc). Tout activité qu’on aime doit être effectuée quotidiennement.

2 – On ne déterre pas volontairement ce qui ne va pas, on ne cherche pas à expliquer ce qui ne va pas en nous, on se concentre sur ce qu’on désire le plus. On ne fait pas de régressions dans ses vies antérieures qui ne soit pas obligatoire, on ne cherche pas. On remet à la Source et on reçoit seulement ce qu’on doit.

3 – On ne reste pas inactif. On s’occupe l’esprit. Dans le pire des cas, on vide son esprit mais on ne le laisse pas divaguer. On évite toute activité diluante (télévision, jeux vidéos, lecture de romans).

4 – On se repose avant d’être fatigué (ce qui permet de gagner plusieurs heures par jours d’efficacité et de réduire le temps de sommeil).

5 – On ne se laisse pas entraîner dans les conflits personnels/sociaux/ethniques/religieux/etc. Dans l’impression de marasme, on remet à la Source et on fait simplement en sorte d’être disposé à s’améliorer.

6 – On lâche prise sur tout : sensations, mauvaises énergies ou situations, entités, mauvaises émotions, mauvaise santé.

7 – On effectue un projet étape après étape.

8 – On pense simplement à faire le maximum le jour-même, on oublie demain et après-demain (approche absolument miraculeuse puisqu’elle laisse circuler l’énergie).

9 – On cherche toutes les techniques pour optimiser le quotidien puis on les laisse tomber ce qui permet paradoxalement de les utiliser mieux. En effet, vous ne perdez plus de temps à planifier, votre esprit met tout en oeuvre automatiquement.

10 –  On insiste sur tout point qui permet d’apprendre, de s’améliorer en quoi que ce soit.

Penser davantage en dehors des principes

Une grosse limitation de la réflexion humaine est le fait qu’elle s’appuie sur des principes.

C’est un peu comme si vous vous attendiez à ce que tout le monde voit les mêmes couleurs. Forcément, si vous ne pouviez voir qu’en nuances de gris alors vous auriez des problèmes à saisir les concepts si quelqu’un venait vous expliquer les couleurs. Bien sûr, vous n’êtes pas en mesure de voir toutes les couleurs qui peuvent exister car votre oeil n’a pas les moyens d’en saisir davantage. D’ailleurs, les gens ne s’accordent pas entre eux pour déclarer la limite entre certaines couleurs, quand passe-t-on véritablement du vert pâle au cyan ? du cyan au bleu ? Vous ne seriez pas capables de tous vous mettre d’accord parce que vos perceptions ne sont pas strictements identiques dans la matière.

Plus généralement, vous limitez votre conception des principes qui régissent la pensée créatrice par le même mécanisme. Vous ne percevez pas directement donc vous négligez ou alors vous niez. Il est intéressant de constater que vous tentez d’interpréter ce qui se passe dans d’autres mondes à partir de ce que vous constatez dans le monde physique et inversement.

Un exemple que mes guides aiment bien est celui de la boîte vide. Si vous prenez une boîte vide dans le monde physique et que vous la laissez fermée alors il ne se produit rien de significatif à l’intérieur. L’air s’y déplace un peu par convection et par d’autres phénomènes d’amplitude moindre mais il ne va certainement pas apparaître une orange dans la boîte si rien ni personne ne l’y dépose directement. Vous pouvez ouvrir et fermer la boîte à volonté, rien ne va se précipiter à l’intérieur, votre agitation et espérance ne produiront sans doute rien.

En revanche, si vous faisiez la même expérience dans un autre monde. Il n’y aurait peut-être aucune loi de conservation qui empêcherait qu’il se produise bien des choses dans cette boîte. Il pourrait y apparaître quelque chose ou bien la boîte pourrait disparaître ou changer de taille ou fondre sans raison apparente. En fait, il n’y a aucune nécessité que deux mondes soient semblables. D’ailleurs, il se peut que la boîte ne puisse pas exister sous la même forme dans tous les mondes voire ne pas y exister du tout.

Et le monde physique ne peut justement pas exister simplement par les principes que la science énonce pour l’instant. Il faut trouver une solution à cela, il faut soit que des lois physiques tombent, soit qu’elles soient dominées par d’autres plus puissantes et permettant aux choses d’apparaître à partir de rien dans un premier temps.

Evidemment, il semble plus intuitif d’aller vers le fait qu’à un moment donné il ne devait y avoir aucune loi, aucun principe, et surtout aucun principe qui  empêche n’importe quel autre principe de devenir valable sans raisons. Voilà comment j’expliquais le fait que l’Esprit infini puisse exister dans un précédent billet.

L’important ici est de voir qu’en lisant moins de 500 mots vous pouvez réaliser que les choses ne sont pas aussi figées qu’elles y paraissent au premier abord. Vous ne savez pas véritablement toutes les lois qui régissent le fonctionnement de la boîte vide.

Et si maintenant, on considère que votre crâne est une boîte comme une autre (pas vide car c’est « pour gens futés » ici) alors oui effectivement, vous n’êtes pas certains non plus des lois qui régissent le fonctionnement de votre esprit. Et justement en tant qu’âmes, vous n’êtes pas soumis aux mêmes lois que le monde physique et peut-être que tout peut se créer dans la boîte que constitue l’esprit d’autant plus que vous ne savez pas véritablement quels principes (tels que l’attraction) votre conscience va être en mesure d’utiliser pour modifier le monde physique par la suite. C’est pour ça qu’il serait peut-être intéressant de prendre du recul face à ce que vous observez directement pour essayer de réfléchir à ce qui pourrait se passer d’invisible simultanément.

Comprendre sa propre volonté

Beaucoup ne savent pas comment identifier leur propre volonté.

Premièrement, il faut peut-être comprendre d’où vient le désir. En fait, beaucoup recherchent ce qu’ils aimeraient faire de leur vie sans comprendre vraiment comment ils sont arrivés là.

Au départ, il n’y a que la Conscience Universelle. Elle vit en dehors de toutes les règles (temporelles, spatiales, énergétiques, etc) parce qu’elle est issu du néant qui est un monde sans règles. Dans le néant originel, il n’est pas de loi de conservation, d’évolution. Il peut exister rien et n’importe quoi puisqu’il n’y a aucune limite. C’est ce remou incessant de potentiels qui crée la Conscience car l’absence de temps permet paradoxalement que la perfection y existe comme si l’évolution infinie s’était déjà faite. Cette configuration de potentiels permet à une chose ayant toutes les caractéristiques de ce qu’on appelle couramment Dieu de naître parce qu’elle est capable d’y survivre et de maîtriser l’ensemble de ce champs de potentiels. A ce moment-là (si l’on peut utiliser une expression relative au temps) aucune chose n’existe sous la forme que nous connaissons parce l’Univers des Univers est réduit à un champ de potentiel infinis dominé par une Intelligence infinie, un système d’information et de décision parfait qui n’est pas limité puisqu’aucune loi (physique, spirituelle, etc) n’existe. Ce qu’on appelle « Dieu » ou la « Source » possède ainsi l’omnipuissance, l’omniscience. D’autre part elle est unique car engendrée automatiquement par le néant originel qui est en fait le potentiel ultime. Comme cette présence n’est pas soumise au temps, on peut dire que Dieu existe de toute éternité.

Et que fait l’Esprit maintenant qu’il existe seul dans son propre espace de potentiels ? Il est Un donc il ressent l’Amour parce que ce qu’on appelle l’amour est la conscience de l’unité et ses effets, le lien ultime. Sauf qu’avant la création de mondes, lorsque tout est encore potentiellement créé sans l’être, il n’y a pas encore de moyen d’explorer toutes les formes d’échange et de création, d’expression de l’amour en fait. Alors Dieu se clone, indéfiniment, il crée des copies de lui-même qu’il sépare en deux pour pousser ces deux subdivisions à échanger et à se stimuler mutuellement. Mais au moment où il crée ainsi ces subdivisions, ce qu’on appelle couramment des âmes. Il leur donne le choix de leur trajectoire privilégiée et les jeunes âmes sont alors capables de décider car elles héritent de toutes les caractéristiques divines. Ensuite seulement, elles replongent dans l’inconscience et parfois dans l’incarnation pour explorer leurs choix, vivre les choix qu’elles ont fait.

C’est ainsi que vous vous retrouvez sur Terre (ou dans n’importe quel autre Univers, monde ou sur n’importe quelle autre planète, etc). Et vous recherchez votre Volonté pour la raison simple que vous êtes venus dans le but d’exécuter vos propres choix déjà faits. Cela ne sera jamais un problème parce que vous êtes l’émissaire divin, fondamentalement, il n’y a pas de différence entre votre volonté et celle de ce qu’on appelle Dieu. Il n’y a pas de combat entre volontés divergentes à avoir puisque vous êtes une extension terrestre de Dieu. A partir de ce moment-là, il est évident que ce qui tient de votre véritable volonté est ce qui vous procure le plus de joie dans son exécution parce qu’en tant qu’être divin, vous ressentez votre accomplissement (donc de la joie) lorsque cette volonté est faite. Et vous aurez toujours de nouvelles volontés, autrement vous ne seriez pas vivants, vous seriez simplement des programmes qui s’exécutent. Des désirs renaissent à l’infini.

Finalement, nous souhaiterions pouvoir discerner cette Volonté, de toutes les petites volontés qui sont issus des illusions terrestres ou de nos déséquilibres. Il n’y a sans doute pas de règle unique mais :

-votre Volonté vous fait ressentir les émotions les plus fortes lorsque vous y pensez, mélanges d’excitation et de peur notamment

-votre Volonté n’est pas facile à accomplir, elle implique que vous vous transformiez

-votre Volonté n’est pas constituée d’un désir unique mais d’un ensemble de désirs qui se complètent et créent une toute nouvelle version de vous si vous les exécutez

-vous n’êtes pas obligés de mettre en oeuvre votre Volonté, mais imaginer de vivre sans essayer vous déprime

-votre Volonté ne constitue en rien une menace envers ce qui existe autour de vous, au contraire, elle permet l’enrichissement de votre vie et celles de ceux qui vous entourent pour peu qu’ils veuillent bien le permettre

-votre Volonté n’est issue d’aucune croyance limitante et ne rejette aucune forme de succès

Parfois, certains vous diront que votre Volonté est nocive, égocentrique. Ceci est issu de la conscience dualitaire, polaire qui pousse à croire que les choses s’opposent. A chaque fois que vous aurez l’impression que votre Volonté/vos désirs seront néfastes pour ce qui vous entoure, comprenez que vous n’avez soit pas cerné votre Volonté véritable ou que vos croyances limitantes vous empêchent de vous accomplir. Certains vous diront de ne pas tenter ces recherches pour ne pas faire d’erreurs, pour ne pas faire de mal mais comprenez bien que votre Volonté ne s’oppose jamais à celle des autres. Ce qui est divin ne s’autodétruit jamais et ne constitue jamais une menace pour les autres à moins que ceux-ci n’agressent, auquel cas le retour de bâton est colossal.

Souvent, votre Volonté restera floue longtemps parce que le saut de conscience qu’elle impose n’est pas encore réalisable. C’est pour cela que vous aurez parfois seulement de l’inspiration, vaguement envie de vous renseigner sur un sujet, de commencer à mettre des choses en place sans savoir quoi en faire à l’avance. Suivez simplement ce processus itératif. Il est absolument impossible que vous fassiez une erreur. La conscience polaire vous pousse à croire que vous faîtes des erreurs alors que vous êtes en train de progresser. Si vous pouvez tout coucher sur le papier, tout chiffrer, tout calculer à l’avance alors tant mieux sinon peu importe, vous n’êtes pas obligés de faire cela. La clarté revient progressivement si l’on suit le fil conducteur que constitue la joie dans l’instant présent, le reste vient ensuite.

 

 

La fausseté de vos concepts

La plupart des concepts humains contemporains sont tout à fait erronés. La preuve provient du fait que le nombre de problèmes tend à augmenter. La plupart des problèmes des gens que je rencontre tiennent à des schémas de pensées tout à fait foireux.

Par exemple et j’en ai déjà parlé, la conscience polarisée pose un problème. Cela pose un gros problème de considérer que la pauvreté existe. Il n’y a pas la pauvreté et la richesse. Il y a plus ou moins de richesse.  Matériellement parlant, soit il y a présence, soit il y a absence non ? La pauvreté ce serait la présence d’absence de richesse logiquement. Et souvent, il y a des associations qui combattent la pauvreté donc elle combattent l’absence de présence de richesse ou l’inverse, enfin bon, on ne sait pas très bien au final puisque l’approche de pensée n’est pas naturelle.

Ce genre d’approche forcément sabote votre capacité à résoudre un problème parce que vous ne pouvez le résoudre en voulant vous opposer à l’inverse de ce qui est matériellement possible. Vous ne pouvez pas pour reprendre l’exemple de la pauvreté combattre la pauvreté puisqu’elle est l’exact inverse du seul résultat que vous puissiez produire : plus de richesses. En termes d’énergie, de puissance créatrice, vous ne pouvez pas créer le néant ni le combattre, il est déjà là ! Tout l’intérêt du pouvoir créateur est d’occuper le néant avec de la création. Remplacer l’absence par la présence.

C’est comme le chaud et le froid. Il peut faire toujours plus chaud mais il y a un froid absolu. Le froid absolu correspond à l’absence totale de chaud. Vous pouvez toujours réchauffer mais pas refroidir encore. Combattre le froid ne veut rien dire, soit vous gardez le chaud, soit vous en produisez plus mais le froid en lui-même n’est pas quelque chose, c’est l’absence de chaud tout simplement. Et on ne combat pas quelque chose qui n’existe pas.

Prendre conscience de cela vous permettra d’adopter les bonnes stratégies. En tant qu’esprits, vous ne pouvez pas créer du néant de quelque chose, ou combattre ce qui est illusoire. Vous ne pouvez qu’investir votre énergie dans une chose ou dans une autre, ayant un impact visible sur le monde matériel de préférence. Par exemple, il est complètement abruti de combattre la pauvreté, ce qu’il faut c’est plus de richesses. Il ne faut pas partager la richesse, il faut que ceux qui n’en ont pas assez en créent davantage pour eux. Il faut concentrer son pouvoir créateur sur la production désirée et jamais, jamais ailleurs !

En ce qui me concerne, je suis mais choqué de tomber sur une émission à la télévision où on parle pendant des heures d’un problème en tenant toujours des propos complètement à l’envers du problème et des solutions à mettre en oeuvre. L’exemple le plus parfait, c’est le syndicalisme. C’est l’exemple le plus tordant ! L’exemple où on ne parle jamais de produire mais de choses secondaires, on parle du salaire « trop élevé  »  du patron, on parle du salaire « trop bas » du salarié, on parle du jeune diplômé qui n’a pas d’emploi, du vieux qui n’a pas sa retraite assez haute etc… On parle d’augmenter les prestations, on parle d’augmenter les emplois, on parle d’augmenter les salaires, etc… Mais jamais on ne parle du vrai problème ! On parle jamais de ce qui est créé ! On ne parle jamais de ce qu’on veut créer. Et ne vous y trompez pas, ce n’est pas de l’emploi qu’on veut créer au fond, on ne veut pas créer de salariés, on ne veut pas de gens diplômés. On veut créer de la richesse en vérité et on veut profiter de cette création non ? Ensuite seulement peut-être on créera plus d’emplois parce qu’on en aura besoin pour faire cette richesse (peut-être).

Alors la question véritable, c’est comment faire plus de riches, pas moins de pauvres. On veut plus de riches parce qu’on veut que les pauvres deviennent riches. Et qu’est-ce que cela pose comme question ? La question est : comment chacun s’emploie-t-il à créer de la richesse ? Et pas quelle est la nature de cette richesse, parce que y aura toujours des prétentieux pour vous dire que ceci a de la valeur, ceci n’en a pas, etc. Nous ce qui nous importe, c’est de nous sentir bien n’est-ce pas ? Eh bien, tout ce qui est richesse, c’est tout ce qui permet de nous sentir mieux, tout simplement.

Et donc, vous, qui venez sur Terre, qu’est-ce que vous allez faire face au manque ? Vous allez mettre votre nature divine en action ou vous allez dire que le carburant est trop cher ? Vous allez voler ou vous aller créer ? Vous pouvez essayer de combattre la pauvreté si vous voulez, y en a qui ont essayé, aucun effet ! Aucun effet ! C’est même l’inverse en fait, effet destructeur ! Pourquoi ? Parce que tout l’énergie que vous gaspillez à ne pas créer entraîne un manque encore plus grand à venir.

Et puis, la question du salaire, elle n’existe pas. C’est un faux problème. Le vrai problème est de savoir si ce que vous créez mérite un salaire et combien les autres sont prêts à s’arracher votre création. Revaloriser les salaires n’a pas de sens. C’est créer mieux qui a du sens, ce n’est pas travailler plus pour gagner plus, c’est créer mieux pour gagner plus.

Il y a des gens qui passent toute leur vie sans se poser la question du service qu’ils rendent aux autres. Ils se plaignent qu’ils sont mal payés mais ils ne  se posent pas la question de l’intérêt de ce qu’ils créent pour les autres. Vous venez tous sur Terre avec une unicité, un caractère bien unique, c’est dommage, vous avez tous des talents uniques mais vous ne faîtes pas forcément la recherche associée. Il est important que vous recherchiez ce que vous pouvez créer d’unique pour les autres, que les autres ont du mal à trouver ailleurs. C’est pour ça qu’on est si différents. L’Univers attend, est en stand-by jusqu’à ce que vous deveniez actif en son sein.

Forcément, tant que vous suivez les concepts pré-établis, vous n’êtes pas prêt d’identifier quoi faire de votre capacité divine à créer. Vous n’entrerez jamais en résonnance avec votre objectif. Si à l’inverse vous vous posez la question, et cela va prendre du temps, cela prendra des mois, des années, de construire doucement quelque chose d’unique, de rémunérateur pour vous. Il peut y avoir un certain temps entre le moment où vous identifiez quelque chose que vous pouvez faire pour les autres, de manière intéressante pour eux, en vous en rémunérant. Tant que vous serez préoccupés par le faux débat, le faux débat public concernant le salaire des uns, des autres, vous ne pourrez pas identifier la vraie question : celle de la création de richesses.

Et pareil, pour commuter mentalement, psychologiquement, je vais prendre un autre exemple, très révélateur. A chaque fois qu’on soigne une maladie, une pire apparaît. Pourquoi ? Parce que les humains pensent en termes de maladie, pas en terme de santé. Il y a soit la santé, soit l’absence de santé = la maladie. Donc ce qu’on veut, c’est la santé non ? Eh bien, il faut la créer complétement la santé, pas simplement combattre la maladie !  Cela veut dire chercher tout ce qui nous fait nous sentir mieux immédiatement et à long terme, dans l’alimentation, dans les habitudes de vie, dans les pensées, etc… Jusqu’à temps de (re)construire la santé, comprenez que votre pouvoir s’oriente alors vers la création d’une vie cohérente, pas vers des incohérences abruties du genre : « oh je ne mange pas de ça parce que c’est cancérigène » tout en mangeant/fumant/s’injectant 50 autres substances qui sont encore plus cancérigènes. Une approche tout à fait incroyable, tout à fait efficace, c’est l’approche complètement opposée, celle du « raw foodism » par exemple, une approche où on reprend tout le problème dès le départ et on cherche ce qui est sain, parfaitement sain à manger.

Okay ? Donc on oublie les concepts partiels, on oublie les débats et on cherche quoi créer, comment le créer, comment changer entièrement. C’est ultra nécessaire pour utiliser la loi d’attraction, se concentrer sur quoi créer, comment le créer, ce qu’implique la création et s’imprégner l’esprit de l’objectif de fond. Vous pouvez essayer d’utiliser l’Univers, la loi d’attraction pour avoir une augmentation, c’est une approche partielle. Par contre, utiliser la loi d’attraction pour créer une situation où vous méritez une augmentation c’est une approche globale, cohérente, et cela passe par les réponses aux questions que j’ai énoncées plus haut.