Archives du mot-clé guérison

Prétextes

Il est malin de constater que la plupart des actions entreprises sont issues de prétextes. C’est un manque avéré de pouvoir sur vous-même.

A tout instant, vous pourriez trouver une infinité de raisons de vous comporter d’une certaine manière ou une autre infinité de raisons de vous comporter de manière opposée.

Et c’est intéressant parce que finalement peu de prétextes tiennent la route. Dans le même temps, cela détermine totalement la manière dont vous vous servez de votre énergie.

En décidant fermement d’une chose vous commencez tout de suite à canaliser les moyens de manifester cette chose dans le monde physique. Il suffit de se convaincre que c’est le bon choix.

Souvent, vous réduisez votre pouvoir sur les choses en trouvant des prétextes qui soutiennent l’idée de la faiblesse au présent.

C’est un comportement que je retrouve couramment chez les gens qui utilisent leurs capacités psychiques pour canaliser des informations ou faire des guérisons. Sous le prétexte de la moindre mauvaise énergie, plutôt que de reprendre les choses en main et de retrouver le contrôle, ils trouvent toutes les raisons possibles pour ne pas utiliser leurs capacités.

« Je reprendrai les guérisons après avoir jeûné une semaine parce là je me sens pas bien. » « Je n’arrive pas à entendre clairement le message parce que j’ai eu une dure journée au boulot. » « Je suis en difficulté face à une entité et je n’arrive pas à m’en défendre. »

Ce genre de déclaration n’a aucune raison d’être vraie. Elles ont un effet sur les émotions et c’est seulement ainsi qu’elles peuvent sembler vraies. Votre énergie suit vos émotions, elle ne peut pas faire autrement. A chaque fois que vous adoptez une pensée qui vous fait vous sentir mal alors forcément votre énergie se barre.

Si vous changiez immédiatement d’état émotionnel alors votre énergie suivrait immédiatement.

Cela est beaucoup plus facile à comprendre pour ceux qui ont l’habitude d’utiliser leur facultés psychiques néanmoins le même conseil est valable dans n’importe quel autre domaine.

Chacune des pensées que vous avez voyage indépendamment. Chacune de vos idées est issue du programme que toutes les pensées associées constituent. Ces constructions évoluent dans un état proche de ce que serait la pensée pure. C’est cette énergie qu’on peut explorer pour déterminer l’avenir de quelqu’un. Ce n’est pas un avenir tracé, c’est le résultat de toutes les pensées insérées dans ce programme. C’est pour cela d’ailleurs que l’on a parfois le pressentiment que les choses changent. Quand ces pensées continuent d’organiser votre présent, elles déplacent beaucoup d’énergie et vous ressentez l’avènement de choses importantes ainsi.

Ce système qui conditionne l’évolution des situations est très proche de l’état originel de l’esprit : c’est immatériel, cela ne subit pas le temps, cela consomme peu d’énergie et en draine à volonté. C’est intéressant de voir ou de ressentir ce phénomène parce les choses progressent d’abord ainsi avant de pouvoir constater le moindre effets. C’est en fait la confirmation de l’idée intuitive que l’on a des mondes spirituels et de leur pré-existence par rapport aux mondes physiques.

Les prétextes sont des instructions parasites que vous insérez dans ce programme qui détermine votre instant présent. Si vous pouvez retirer les prétextes alors les choses s’ordonnent différemment.

Un peu plus sur mon expérience personnelle : la guérison

On m’a demandé de parler un peu plus de mon expérience personnelle et pas simplement des enseignements qui me sont transmis et que j’assimile.

Aujourd’hui je vais parler un peu de la guérison spirituelle parce que j’ai de plus en plus d’expériences relatés à ce domaine.

Premièrement quand j’étais gamin j’avais senti que j’avais du magnétisme parce que je sentais couler quelque chose entre mes mains comme une sorte d’air chaud. Et j’avais reçu l’intuition par mon guide (de manière inconsciente parce que je n’avais pas conscience de mon protecteur à l’époque) de toucher un instant les choses que je semais ou plantais pour les vitaliser. Ce qui fait que tout ce que je semais ou plantais poussait très vite et faisait une abondante récolte. Plus tard, j’ai compris que je pouvais soigner mes problèmes de peau ou mes plaies en passant les mains dessus le soir, je faisais aussi disparaître mes coups de soleil. D’autre part, je me suis mis à sentir où les animaux avaient mal et je faisais des passes avec les mains pour enlever les problèmes.

Ensuite, un peu avant mes dix ans, je me suis mis au cartésianisme « bon ton » , c’est-à-dire la logique qui élimine tout ce qu’elle ne comprend pas immédiatement. J’ai donc tout oublié et je n’ai repris seulement qu’un peu avant mes 20 ans. Le jour-même de mes vingt ans j’ai fait une sacré guérison sur une personne qui avait des douleurs abdominales qui ont disparu d’un seul coup.

Puis, ça a repris et les gens ont commencé à m’appeler pour cela, ils m’ont envoyé des photos, etc. Et surtout les guérisons sont devenus véritablement fortes et intenses pour moi.

Une autre guérison sympathique que j’ai faite était sur un cas d’herpès où la personne était mise en arrêt maladie pendant plusieurs jours à chaque fois à cause de crises d’herpès. Cette personne m’a demandé d’agir au début de la crise et instantannément il n’y avait plus de douleur ni de progression de l’herpès.

Par exemple, même à distance, il m’arrive de voir le corps des gens, d’en faire le tour, de « voir dedans » et d’identifier les zones à problèmes. Je vois les méridiens, les chakras, les blocages dans ces canaux, je vois aussi les entités, je vois les auras et je vois le corps dans le passé et l’avenir. Je vois aussi les mémoires dans le corps, l’état « moral » des cellules, leurs demandes, leurs peurs car elles en ont. Je vois comment l’âme malade rend le corps déficient.

Toutefois, il ne m’est pas toujours accordé de guérir. Dès qu’on veut guérir une personne, il faut d’abord prier pour demander la permission car il y a toujours une raison à la maladie et Dieu n’accorde pas forcément la guérison, ni l’âme du malade qui cherche peut-être à vivre quelque chose dans la maladie. Ensuite, il faut avoir autorité sur l’énergie et sur l’intelligence propre à la maladie, ce que certaines cultures appellent les « esprits mauvais » qui pilotent les maladies. Si votre esprit n’est pas épuré alors vous n’aurez pas l’autorité spirituelle pour chasser le mal.

Et cela m’arrive souvent, de devoir bien purifier mes intentions, de chercher en moi ce qui cloche, pourquoi tel ou tel effet m’est refusé. Une fois seulement que ce travail est fait j’ai le droit d’utiliser mes facultés pour soigner. Et quand on soigne par la médecine spirituelle, on ne soigne pas seul, on soigne avec des êtres spirituels, des esprits-médecins qui assistent. Par exemple, quand quelqu’un prie pour la guérison d’un autre, la prière est entendue et ces médecins peuvent être envoyés. C’est ainsi qu’arrivent souvent des guérisons, sans intervention d’une personne physique, incarnée. Quand je suis dans un hôpital par exemple, je vois beaucoup de ces êtres en train de patrouiller et de faire leur part du travail, d’influencer les décisions du personnel soignant, etc…

Les guérisseurs servent avant tout de transformateurs, ils convertissent un fluide d’une nature en une autre puis l’adaptent pour l’administrer à un autre. Parfois, il n’y a pas besoin de se rôle de transformateur mais il reste nécessaire dans la plupart des cas. Si un guérisseur sert de transformateur c’est parce qu’un être incarné dans la matière dispose déjà de tous les systèmes d’interface entre l’âme et la matière, ce que n’ont pas les esprits désincarnés, qui se servent donc de l’être incarné et de ses systèmes pour distribuer des fluides.

Et pendant les guérisons que je fais, je discute clairement avec ces esprits pour transmettre les raisons de la maladie, quand cela est autorisé.

En ce qui me concerne, je suis profondément admiratif des guérisseurs spirites et notamment aux Philippines, qui effectuent des dizaines de miracles par jour sans que personne n’en dise mot. Cela ne plait sans doute pas à l’Eglise et à sa ridicule grotte de Lourdes en comparaison… J’aime aussi beaucoup l’exemple de Philippe de Lyon.

En faisant des recherches sur le sujet, vous constaterez la profonde piété de ces guérisseurs et vous comprendrez mieux pourquoi certaines grâces leurs sont accordées.

Il y a en général deux raisons d’être un guérisseur : soit vous êtes une âme avancée, soit vous êtes une jeune âme que l’on éprouve avec un don. Dans les deux cas, on n’a pas le droit au dérapages tels que l’avidité par exemple.

Un jour, tout le monde saura guérir efficacement ainsi mais cette époque n’est pas encore venue…

Avec le temps, on peut devenir très bon. Si la grâce est immédiatement accordée et si mon esprit est en bonne condition alors je peux enlever une douleur, une maladie avec seulement le regard de quelques secondes, le temps pour moi de donner l’ordre.

Surtout, il faut bien se régénérer après la guérison. Dans mon cas, cela passe par manger souvent, pour que mon corps condense les mauvais fluides que j’ai absorbé sur la nouvelle nourriture. Parfois quand le mal est trop difficile à convertir, il m’arrive de tousser ou de vomir, histoire de le condenser et le rejeter. A chaque fois, je dois méditer avec la lumière (méditation que j’ai donnée dans mes précédents articles) pour reconstituer mes auras et mes autres défenses. Si le processus est mal contrôlé, on peut finir par prendre du poids ou tomber malade soi-même.

Et si je peux donner un conseil, il ne faut jamais figer ses méthodes mais s’attendre à ce que les choses changent car tous les êtres évoluent et la manière dont ils fonctionnent dans leur énergie aussi donc la manière de les soigner. C’est ce qui a déstabilisé beaucoup de monde avec les changements liés au nouvel état de conscience de l’humanité.

 

Quelques visualisations simples

Quelqu’un qui ne se lave pas pue. Eh bien, quelqu’un qui ne nettoie pas son énergie pue aussi. Bon, heureusement, ça se perçoit moins ! Néanmoins, comme de plus en plus de gens ressentent la composante subtile du monde, cela peut devenir très inconfortable.

Je parlais dans un article précédent de la régulation de l’énergie. Comprenez bien que dès que vous pensez, avez des intentions, des fluides subtils commencent à circuler pour suivre votre pensée. Votre corps physique n’est qu’une toute petite partie de ce qui vous constitue. Comme la conscience provient d’un monde très différent du monde physique, elle a besoin de nombreuses interfaces pour piloter le corps. Ces interfaces fonctionnent comme des circuits hydrauliques pour certains, électroniques pour d’autres (pour faire des comparaisons simples).

Vous ressentez depuis toujours la présence de ces mécanismes. Par exemple, quand vous n’arrivez plus à communiquer, vous avez un noeud dans la gorge. Lorsque vous voyez une personne pour qui vous avez des sentiments, votre coeur accélère et votre respiration change de rythme. L’angoisse vous fait mal au ventre. L’incompréhension entraîne la migraine. Etc…

Tous ces phénomènes résultent de la manière dont circule ou stagne vos fluides psychiques. Pour reprendre les exemples précédents : comme les fluides relatifs à la communication circulent dans la gorge, lorsque votre pensée se bloque, ces fluides se bloquent aussi et cela débranche temporairement votre capacité à parler correctement. Lorsque vous établissez des liens avec une autre conscience, vous le faîtes par un ensemble de connexions remontant près du plexus et du coeur, ainsi, dès que vous pensez à une personne avec qui vous avez des liens ou voudriez avoir des liens, vous activez ces connexions ce qui entraîne une déferlante d’énergie aux alentours du plexus. Comme ces fluides sont proches de ceux permettant à notre corps de réguler ses fonctions, à l’information d’être distribuée, eh bien ils perturbent votre coeur, votre diaphragme ainsi que d’autres organes aux alentours lors de la déferlante. Si vous avez mal au ventre à cause du stress, c’est parce que les fluides liés à vos émotions sont traités dans le ventre et que naturellement, le blocage dû au stress produit ces lourdeurs.

Quand on travaille ses capacités de médium, on a beaucoup, beaucoup de sensations associées à ces centres. Certains parlent de chakras, personnellement je préfère le terme de lumière. Il y a un fluide proche de la lumière qui circule à très grande vitesse en vous, autour de vous. Il y en a en fait toute une gamme, de différentes natures pour différentes fonctions.

Par exemple, on ne peut pas reproduire des tissus comme les tissus naturels par la simple culture de cellules. Quand on cultive des cellules, on les cultive hors de ce champ d’intelligence ce qui fait que les cellules colonisent n’importe comment l’environnement fourni. Elles ne savent plus s’organiser. L’ordre dans votre esprit se fait d’une manière similaire. Il est préférable que vos champs d’énergie soient bien organisés pour vous développiez correctement votre potentiel, autrement, vos capacités de concentration, de mémorisation, votre paix intérieure, vos relations avec les autres etc… sont faussées.

Vous échangez en permanence des fluides avec l’environnement. La démonstration la plus simple de cela est le fait que quand il y a de l’humidité dans le sol vous avez parfois mal dans les jambes. Vous avez mal parce qu’un de vos corps énergétiques n’arrive plus à drainer de l’énergie correctement depuis la Terre. Certains lieux déclenchent ainsi des fatigues, une forme d’épuisement psychologiques. Certaines entités aussi, en se branchant sur les canaux, pompent notre énergie.

Pire, vous échangez de l’énergie dès que vous faîtes entrer une personne dans votre conscience, peu importe la distance. Ainsi si vous parlez à une personne malsaine, une partie de son énergie moins lumineuse que la vôtre entre en vous. C’est ainsi que certaines conversations laissent des sensations désagréables de lourdeur, de fatigue tandis que d’autres nous énergisent. L’énergie d’une personne peut être si lourde, qu’en tant que médium, il m’arrive de vomir, ou de passer une journée dans un état grippal si je suis mal protégé.

Vos propres pensées sont le principal facteur de qualité de votre énergie. Dès que vous pensez positif, votre énergie circule mieux. Dès que vous pensez négativement, cela entraîne des blocages.

Bonne nouvelle, vous n’avez pas besoin d’y connaître grand chose pour le maîtriser. Vous le ressentez toujours en vous. Vous ressentez les dispositions de votre esprit, vous ressentez les dispositions de votre corps. Voici quelques exercices simplissimes pour travailler l’énergie de votre corps.

Premièrement, imaginez simplement que votre corps est fait de lumière blanche très éblouissante. Imaginez que vous sentez ses radiations. Imaginez que cette lumière éblouissantes disperses tous les blocages en vous, pénetre les cellules et les revitalisent. Imaginez que tous vos blocages, vos lourdeurs, vos douleurs fondent dans cette lumière. Bientôt c’est comme si cette lumière allait sortir de vous pour former une bulle infranchissable aux énergies sombres. Elle le fait effectivement, et vous irradiez vers l’extérieur.

Dès que vous avez l’impression de manquer de lumière, rappelez-vous tout simplement qu’en tant que conscience, vous bénéficiez d’un soutien illimité en énergie via votre connexion au divin. Il vous suffit simplement de visualiser que plus de lumière vient de l’intérieur de vous pour que plus de lumière vienne de vous.

En principe quand cette méditation vous dégage, vous devez vous sentir plus léger, sentir que vous respirez mieux par exemple. Si ce n’est pas le cas, continuez en focalisant cette lumière blanche sur votre plexus.

Quand ce travail d’irradiation est bien fait, vous pouvez passer au travail de douceur. C’est à dire que vous pouvez imaginer que l’aspect éblouissant part et laisse place à une lumière douce, une énergie qui sert de baume pour que tous les systèmes qui vous constituent puissent travailler paisiblement maintenant qu’ils sont libérés des blocages.

Cette visualisation doit vous permettre de nettoyer les éclaboussures laissées par les autres sur vous. Vous reprenez ainsi votre clarté mentale, votre capacité de jugement.

Enfin, vous pouvez réajuster l’intensité de cette lumière jusqu’à temps que votre esprit bénéficie de plus de détermination, de courage. En fait, ces méditations visent à réactiver la Source qui est en vous. On rétablit fortement l’aspect mécanique de la connexion entre vous et l’Esprit divin. Il s’agit vraiment de faire en sorte que vous soyez dans votre bulle de lumière tout au long de la journée. C’est cette énergie de forte intensité qui dispersera les énergies lourdes, polluantes et vous permettra de faire remonter en même temps que vous, les individus et les objets de votre environnement. Il ne s’agit aucunement de s’isoler mais de se réhausser.

Au fur et à mesure du temps, ces visualisations seront plus simples à faire. Vous sentirez naturellement ces énergies et quand faire ces visualisations.

L’explication des miracles ou pourquoi la santé est naturelle

On m’a posé une question très pertinente par courriel. C’était : « si les choses qui arrivent à une personne dépendent de ses propres pensées, alors pourquoi certaines personnes vivent-elles un miracle qui les implique ? « .  C’est une bonne question.

Je n’ai jamais cru qu’un miracle puisse se faire et il ne s’en fait pas. Il n’y a pas de miracle au sens courant du terme. En effet, l’idée latente serait que brusquement les lois qui régissent le monde soient changées. En fait, elles ne changent jamais. Si elle devait changer, cela montrerait que l’intelligence ou le pouvoir personnel a des limites, ce qui n’est certainement pas le cas. En fait les choses sont beaucoup plus simples que cela.

Prenons l’exemple des miracles concernant la santé.

Lorsqu’une personne pense que son corps est malade alors son corps commence à tomber malade. C’est la dépression et tous les sentiments adjoints qui mènent à la catastrophe. C’est pour cela que tous les gens malheureux mettent du temps à guérir de quoi que ce soit, quand les gens heureux n’expérimentent parfois rien d’aussi dur. Si vous y réfléchissez une minute, vous pourrez faire la liste de toutes les maladies et autres maladies potentielles dont vous avez entendu parlé. Il y a tellement de choses qui peuvent aller mal dans votre véhicule physique qu’on se demande comment vous survivez d’un jour sur l’autre. Même si vous avez une maladie grave, cela ne représente peut-être qu’un millième ou un millionième de tous les déboires potentiels du corps.

Dans 95% des cas, vous êtes tombés malades parce que vous vous êtes opposés à votre héritage. La santé est l’ordre naturel des choses. Ce sont vos pensées résistantes qui ont saboté votre corps et empêché l’intelligence universelle de subvenir à ses besoins. Et quand les gens cherchent une solution, ils cherchent en fait un moyen de se sentir mieux et pour cela il faut une bonne raison de se débarrasser de sa résistance au bien-être.

Quoi de mieux alors que de chercher un miracle ? Dans la mystique qui encadre les miracles, les individus recherchent une force extérieure à eux pour les guérir. Durant ce transfert de force, l’individu relâche sa résistance à son propre bien-être puisque son mental se vide de ses contradictions pour penser que les choses ne peuvent qu’aller mieux. C’est en fait l’énergie naturelle de la personne qui revient de la manière la plus rapide qui soit. Vous comprenez bien que cette personne aurait pu guérir d’elle-même si elle avait trouvé un autre moyen de relâcher sa résistance. Finalement, dans un miracle, il n’y a pas forcément quelque chose d’extérieur à la personne qui intervient mais simplement l’esprit de la personne qui se décrispe.

Il arrive en fait des miracles absolument partout. Si certaines personnes vont dans des lieux saints pour chercher des miracles c’est parce qu’elles ont besoin d’utiliser l’ambiance qui y réside comme prétexte pour espérer se sentir mieux. C’est ce soudain renversement de tendance qui permet la guérison : convertir un cercle vicieux de pensées en un cercle vertueux en passant souvent par une phase de vacuité mentale.

Et pour tous les autres types de miracles c’est aussi lorsque l’esprit de l’individu accepte la possibilité d’une éventualité que cette éventualité peut se produire.

En termes de vibrations, d’attraction, il s’agit en fait de changer d’attente concernant la réalité pour que l’énergie puisse enfin être utilisée à bon escient. L’épisode de vacuité mentale est le point d’inflexion entre les deux tendances (destructrice ou constructrice) de l’esprit. Cependant, si vous aviez l’esprit à peu près vide tout le temps vous n’auriez pas de problème de santé puisque la vacuité mentale permet à votre énergie de s’assainir, à vos vibrations de remonter naturellement.

Parfois aussi, il n’y a rien à faire contre la maladie car certains viennent sur Terre tout spécialement pour savoir ce que cela fait d’être malade. La maladie n’a pas besoin d’entraîner une expérience malheureuse toutefois. C’est la manière dont vous voyez la maladie qui peut vous rendre soit malheureux, soit heureux. En fait, il s’agit de revenir au point de vue que vous aviez en vous incarnant lorsque vous saviez qui et ce que vous êtes réellement.

De plus, les miracles ne résoudront jamais totalement les choses car ces expériences au premier abord négatives sont en fait des catalyseurs d’évolution et les humains en ont encore besoin. Peu importe que l’on trouve un remède ou non à une maladie, il en apparaît bientôt une autre encore pire parce que fondamentalement rien n’a changé dans les consciences. Lorsque les vibrations des individus et des collectifs sont les mêmes, les expériences vécues restent les mêmes.

C’est à vous de savoir, individuellement, si vous désirez construire votre santé ou défaire le champ d’intelligence qui lie vos cellules. Vous êtes incarnés dans un cadre qui est conçu selon les principes répandant la vie mais certains s’y opposent.

Prenons encore un exemple.

Aujourd’hui, il y a de plus en plus de gens qui sont obèses. Au lieu de chercher dans leurs esprits ce qui fausse leur lien à la nourriture et changer les habitudes qui ont dérapé, ils continuent de manger ce qui facilite l’instauration de profonds déséquilibres. Des sucres pour se sentir mieux, du gras pour se sentir mieux, tout est pris en compensation d’un bien-être dont ils se sont coupés. De tels individus désespèrent forcément car rien ne remplace la connexion que nous avons avec notre Source, l’essence de nous-même. Parallèlement à cela, au fur et à mesure que leur état se dégrade, ils ressentent le contraste entre leur Source qui les rappelle vers le bien-être et leur comportement/réalité qui les coule.

En entretenant des pensées d’impuissance, ils crament l’énergie qui leur parvient encore et deviennent encore plus impuissants. Comble de l’impuissance, ils en viennent aux médicaments et aux artifices chirurgicaux, quand ce n’est pas un séjour de remise en forme payé par la collectivité. C’est réellement l’aveu le plus consternant de leur égarement. A force d’entretenir des pensées négatives, ils ont perdu la guidance qui leur insufflait de nouvelles idées pour améliorer leur situation. Leur guidance est effacée par leur manque d’amour-propre. Dans la majorité des cas, l’artifice médicamenteux ou chirurgical ne remplacera pas les pensées négatives qui continueront de tirer la personne vers le bas et provoqueront à terme la maladie. Ce n’est pas parce que l’effet des pensées n’est pas encore visible qu’il n’est pas là.

J’ai pris l’exemple de l’obésité parce que c’est un exemple évolutif et facile à comprendre mais je pourrais tout aussi bien prendre l’exemple des gens qui fument. Ils fument dans la majorité des cas parce que cela provoque du bien-être qui remplace le bien-être issu de l’alignement entre l’individu et sa Source. Ce n’est pas tellement la clope qui va provoquer une maladie mais le fait que les perturbations mentales du fumeur va empêcher son corps de se renouveler pour faire face aux effets de la toxicité des fumées. C’est pour cela que certains boivent et fument toute leur vie sans effet grave tandis que certains fument un peu et claquent dans les dix ans.

Et si vous regardez bien, quand un individu est trop éloigné de son essence, il se déplace d’une addiction vers une autre. Une année il mange trop, l’année d’après il fume, l’année suivante il boit, etc. Tout est un résultat de pensée qui détruisent lentement le corps en empêchant l’intelligence divine de faire son travail.

Ces expériences sont très nécessaires parce que les individus n’ont toujours pas compris la puissance de l’esprit et n’écoutent toujours pas leur guidance. Vous avez en vous une boussole qui est capable de vous indiquer le meilleur pour vous en permanence. Le miracle est quelque chose de naturel dès que l’on suit sa guidance. Lorsque l’individu choisit un comportement infantilisant (médication à outrance, déresponsabilisation, etc) la leçon n’est toujours pas acquise et l’Univers pousse l’individu dans ses retranchements pour le débloquer. Il n’y a donc aucune solution facile dans la remise de son pouvoir personnel aux circonstances extérieures, vous devez remodeler votre vie. Il ne faut pas s’étonner que les gens soient de plus en plus dépendants lorsque toute leur vie on les invite à penser qu’ils ne sont rien de bien.

Il ne sert pas à grand chose pour vous d’entamer telle ou telle procédure menant à une hypothétique guérison tant que vous êtes perdus dans votre propre esprit. Si vous devez choisir un traitement à quoi que ce soit, c’est parce que vous devez parallèlement faire l’effort pour trouver l’unité en vous. Lorsque vous effectuez ce travail de reconstruction vous allez mieux beaucoup plus rapidement parce que votre environnement vous donne des raisons de vous sentir mieux et vous choisissez des pensées qui vous font vous sentir mieux de votre propre chef. Vous ne pouvez pas espérez que les choses s’améliorent si simultanément vous êtes en train de vous éloigner de la perspective de votre source.

Le miracle est en fait un dégagement total au sens où toutes les pensées contre productives sont remplacées par des pensées qui reconstruisent voire pas de pensées du tout (au moins c’est radical). Un miracle est ce qu’il y a de plus naturel finalement et n’a rien d’exceptionnel.

Lorsque vous vivez un problème de santé. Vous avez en fait de la chance puisque ce sont des millions de problèmes de santé qui auraient pu vous atteindre. Déjà vous êtes gagnants, vous n’en n’avez qu’un seul ! Voyez, si vous pensez ainsi vous venez déjà de retourner l’énergie pour insister sur le fait que vous êtes en fait déjà en bien meilleure santé que vous ne pensiez. Simplement, la réaction habituelle face à un problème de santé est la suivante : « oh mon Dieu ça y est j’ai un problème de santé, c’est le prémice de dizaines d’autres, ça va être de pire en pire, pourquoi suis-je malade ? » etc etc etc. En fait, nous nous moquons éperdument de pourquoi nous sommes malades parce que nous avons le pouvoir de redevenir radieux de santé.

A chaque fois que vous insistez sur la maladie vous la renforcez mais dès que vous dîtes : « oh avant j’allais bien, si je me sens mal maintenant c’est justement parce que ma guidance m’indique que quelque chose ne va pas, si quelque chose ne va pas cela veut dire que je suis aussi capable de découvrir comment aller mieux, comme je l’ai fait pour toutes les choses qui m’ont contrarié auparavant » A partir du moment où vous vous ouvrez à l’éventualité d’aller mieux, il y a une étape qui est franchie en vous parce que vous passez du problème à l’éventualité d’une solution, votre vibration s’élève et vous prenez bientôt la vision de votre essence divine. Et naturellement, vous commencez à ressentir du dégoût pour la clope ou du dégoût pour la malbouffe, du dégoût envers le discours de ceux qui disent qu’ils ne guériront jamais. Tout aussi naturellement, vous commencez à être attirés par de nouveaux aliments, par de nouveaux modes de vies. Vous pensez tout à fait différemment et lorsque vous avez mal vous vous dîtes que c’est le signe que votre corps et les champs d’intelligence qui l’animent ont mis le doigt sur une anomalie. Vous ne vous interposez plus entre vous et votre guérison, mieux, vous apprenez à aimer ce corps qui vous a fait défaut. C’est une énergie parfaite pour le corps, l’appréciation encourage la vitalité. Bientôt, peu importe l’état dans lequel vous vous trouviez, vous relâchez les pensées qui vous ont mises à terre et votre santé redevient naturelle.

L’intervalle de temps que nécessite la guérison est tout simplement celui qu’il vous faut pour changer d’état d’esprit et donc de vibrations et donc l’usage de la matière. Dans un miracle, cet intervalle de temps est court et c’est ce qui impressionne alors que ce n’est qu’une preuve de plus de la toute puissance de l’esprit, une puissance qui est commune à tous et qui ne se révèle que lorsqu’on l’accepte.