Archives du mot-clé temps

Le « flow » (partie III)

Pour clore la série d’articles sur le flow, je vais parler d’un fait important. En fait, vous pouvez trouver de nombreuses approches différentes pour comprendre cette impression de fluidité. Mais au fond, il y a un processus important à saisir.

La plupart des gens recherchent cet état d’aisance mais ils ne mettent pas en oeuvre le bon parcours. La plupart des activités sont en fait une recherche de cet état. Dans le cinéma, le sport extrême, les romans, toutes sortes d’activités servent en fait à trouver un reflet du flow. C’est plutôt une sensation qui est recherchée. Les gens ne regardent pas une série télévisée parce qu’ils aiment l’histoire, ils aiment la sensation qu’ils ont quand ils regardent. Ils aiment voir de l’aventure, de l’esprit d’équipe, des conflits, de l’action, etc. C’est pour cela que ce n’est pas immédiatement gênant qu’une série soit en fait une perte de temps puisqu’en fait, le temps passé à ressentir une sensation qu’on cherche à mieux identifier n’apparaît pas comme une perte. C’est cela qui fait que beaucoup de gens ont l’habitude de perdre du temps ainsi, ils recherchent au mauvais endroit l’alignement et trouvent un substitut satisfaisant.

Quand le flow est atteint, l’idée de temps ne compte plus puisque la productivité est décuplé et la fatigue disparaît. C’est la même chose que quand on a un passe-temps « inutile » au sens où la vacuité mentale qui en résulte produit un résultat similaire. La différence cependant est que cela ne mène à rien. Non seulement, vous n’avez pas découvert vraiment ce que vous voulez mais en plus vous avez perdu du temps et la situation peut empirer. Au fond, l’impression de facilité qui se dégage de beaucoup d’habitudes proches du flow rend celles-ci très addictives.

Il y a un processus important qui se cache derrière et qui peut être utilisé de manière beaucoup plus intéressante. En fait, votre conscience cherche à clarifier vos désirs. Vous utilisez le contraste pour le faire. Toutes les informations que vous collectez à l’extérieur (télé, livres, activités, etc) vous font ressentir quelque chose en fonction de votre volonté cachée. En d’autres termes, vous recherchez tout ce qui ressemble à ce que vous voulez vraiment vivre et dans une plus large mesure tout ce qui peut vous aider à mieux cerner ce voeu, même si cela doit être en percevant l’opposé de ce que vous voulez.

Il est possible de le faire plus efficacement. Tous les jours, votre esprit conscient essaie de traduire une partie de cette volonté. Vous ne pourriez pas vivre en permanence dans le flow parce que vous avez besoin de continuer à traduire cette volonté. Pour le faire, il suffit d’écrire, de faire le point, d’avoir une recherche active. Vous pourriez simplement passer 20 minutes par jour à écrire/méditer/planifier/organiser. Avec cette approche, il s’agit de construire l’état d’esprit qui mène à la productivité en cherchant à identifier ce que l’on désire vraiment accomplir. Certains sont dans cet état d’esprit environ une heure puis replongent immédiatement dans leurs habitudes improductives.

A partir du moment où vous atteignez cet état, il ne faut pas diluer son esprit avec des recherches inutiles. A terme, vous allez véritablement identifier ce qu’il y a d’important, utiliser une méthode écrite ou méditative ne vous sert qu’à identifier cette volonté. Cela est constant, tous les jours votre esprit cherche à se redéfinir. Plus que la volonté, il s’agit vraiment de comprendre son cheminement. 

Quasiment toutes les nuits, votre esprit voyage dans un plan de conscience parallèle ou dans les sous-plans intermédiaires. Il est donc normal que quasiment tous les jours, votre esprit cherche à digérer de nouveaux paramètres. L’alignement est au plus fort quand vous suivez directement les instructions de votre âme. C’est ainsi que certaines personnes se retrouvent à faire des choses qu’elles pensaient trop en dehors de leur zone de confort avec beaucoup d’aisance. En fait, comme vous planifiez la majeure partie de votre vie avant l’incarnation, la partie supérieure de vous-même, votre âme ou hyperconscience vous dirige. Quand elle le fait, elle agit apparemment comme un être séparé de vous. S’aligner, entrer dans le flow, c’est laisser ce processus se faire.

Cela va plus loin que d’être dans l’instant présent, cesser de se battre, c’est quelque part laisser l’esprit remonter à la surface. Plutôt que de faire le poisson mort, on peut nager. On peut volontairement aider l’esprit à traduire la volonté de l’âme. C’est sans fin tout en restant plaisant car la fluidité revient. C’est ainsi que les gens qui écrivent leur journal ont toujours des choses à écrire dedans. Ils traduisent une chose, en apprenne une autre, en réalise une autre, ils reconstituent le puzzle.

Certains disent que la meilleure éducation s’est faite elle-même, et c’est ce que fait l’être quand il pousse sa composante terrestre à décortiquer, analyser pour cerner sa propre volonté. Il ne faut tout simplement pas remplacer ce processus par des activités similaires mais inutiles.

Loi d’attraction et impatience

Je reçois des courriels de gens qui veulent savoir comment accélérer le processus de manifestation. Il semble naturel de vouloir booster la loi d’attraction puisque si l’on a envie de s’en servir consciemment c’est bien pour attirer à nous ce qui nous fait plaisir.

Le problème de l’impatience est qu’elle provoque de la résistance. Elle agite votre mental de manière contre-productive. En fait, votre énergie bouchonne parce que vous ne laissez plus les choses se faire. A partir du moment où vous avez identifié une envie et que vous pivotez vers elle, l’Univers se réorganise pour céder à votre envie. Cependant, il subsiste toujours cette durée intermédiaire entre le moment où vous amorcez le processus de manifestation et le moment de la concrétisation. Cet intervalle vous permet de modifier à volonté, d’affiner à volonté ce que vous désirez. Il vous suffit de changer d’état d’esprit, de visualiser une nouvelle version de ce que vous désirez.

En étant impatient, vous gardez à l’esprit ce que vous voulez. Et plus vous le gardez à l’esprit, plus vous modifiez des détails, plus vous vous posez de questions sur les circonstances possibles de son apparition, etc… A terme, vous modifiez tellement les paramètres que l’Univers est incapable de vous délivrer ce que vous voulez.

Je suis à peu près certain que vous vous êtes déjà pris à attendre que quelque chose arrive et que sans raison apparente rien ne se passe, jusqu’à temps que vous lâchiez prise et que soudainement la situation se débloque. Le fait de laisser les choses couler une fois que vous avez fait tout ce que vous avez raisonnablement pu pour favoriser la situation laisse l’attraction travailler tranquillement.

Vous pouvez avoir oublié une chose qui vous faisait envie il y des lustres puis la voir soudainement apparaître. En fait, votre environnement est modifié à partir du moment où vous êtes devenu compatible. Le temps nécessaire à l’avènement d’un nouvel élément est celui nécessaire au changement de votre vibration.

Si vous éprouvez de l’impatience alors vous êtes focalisés sur le manque et sur le maintien de ce manque. Placez-vous plutôt dans un état où vous êtes satisfaits de ce qui est à venir mais sans arrêter d’apprécier le présent. L’état d’appréciation est celui qui laisse le plus vos nouvelles commandes arriver à vous.

Les ressources ne manquent pas…

… ce sont vos idées qui manquent.

Lorsque vous vous retrouvez face à un problème, il n’a de but que de vous pousser à apprendre quelque chose. Il n’y a pas réellement de problème tant que votre connexion divine n’est pas remise en cause par les pensées que vous adoptez. Vous n’êtes pas sur Terre pour souffrir mais pour jouer.

Dans un monde qui est issu, comme tous les mondes, de la pensée, il n’y a pas vraiment de manque, puisque nous pouvons toujours développer une nouvelle idée. Vous ne manquez de ressources que lorsque vous laissez l’aspect matériel des mondes devenir prépondérant. Ce faisant, vous altérez le lien qui vous rattache au divin et progressivement votre expérience devient moins riche en bonnes idées, celles qui modèlent la réalité, et plus riche de contrariétés.

Il n’y a pas de manque de ressources, il y a juste un manque d’idée. Vous êtes rattrappés par les pénuries lorsque vous décidez de penser que votre intelligence et celle de la conscience universelle ne sont plus capables de vous aider à développer des solutions. Finalement, seulement notre intelligence et notre confiance en le divin nous permet de progresser. Ce qui vous pénalise c’est lorsque vous refusez de continuer à canaliser l’intelligence divine en vous. Vous n’êtes pas soumis à des épreuves éliminatoires, on vous guide en fait vers de nouvelles créations personnelles pour que le mouvement continue. Jamais l’Univers n’ira plus vite que vous, la seule chose nécessaire est de continuer à laisser couler le divin en vous, c’est votre source de vitalité, c’est le seul moyen de ressentir qui vous êtes.

Avec pas grand chose, vous pourriez faire beaucoup. Simplement, il n’est pas dans les habitudes humaines de faire appel à l’inspiration divine en face d’un nouveau challenge. Disons plus simplement que l’on a tendance à vouloir utiliser quantité de méthodes, quantité de logiciels, quantité d’argent, quantité de professionnels, quantité de machines, etc etc etc. Ce remue-ménage est trop souvent un obstacle à l’invocation de l’esprit.

La loi d’attraction elle-même est trop souvent une excuse. Ceux qui commencent à comprendre les effets de leurs pensées se disent qu’il doive apprendre à la maîtriser entièrement avant de l’employer pour obtenir un objectif particulier. Si ceci était vrai, alors beaucoup de gens n’arriveraient à rien. En fait je crois que 99% des gens seraient pris dans le labyrinthe de l’esprit.

Avant toute chose, votre esprit doit s’ouvrir à l’inspiration divine. Il est vital de ressentir votre alignement avec la Source avant de vous lancer dans tout projet. La loi d’attraction n’est qu’un outil, elle ne va pas travailler sans vous, elle va travailler avec vous, souvent bien plus efficacement que vous, mais elle ne va pas compenser si vos pensées s’éloignent de votre objectif. Nous n’avons pas besoin d’être à 100% en train de penser à ce que nous voulons, nous avons juste besoin de laisser notre mental s’apaiser et accorder du temps à nos propres idées.

Jamais auparavant nous n’avions été au cœur d’un tel foisonnement d’informations, et parallèlement, jamais nous n’avons été aussi désarmés. En effet, vous laissez sans doute les informations extérieures prendre toute votre attention sans accorder suffisamment de temps à ce que vous désirez en réponse. Finalement, beaucoup sont réduits à peu de choses parce qu’ils sont pris par leurs courriels, par les réseaux sociaux, par la presse, par les journaux télévisés, par les séries télévisées, par les livres, par les blogs, par les religions et ainsi de suite qui font tous l’écho des mauvaises nouvelles. Jamais dans ce brouahaha permanent l’inspiration divine n’a de franche occasion de vous parvenir. Tout ce qui pourrait nous servir à vivre de meilleurs jours, vivre de meilleures vies, bâtir une meilleure civilisation est majoritairement utilisé pour amplifier des problèmes.

Vous ouvrir à l’inspiration divine consiste seulement à vous recentrer sur ce que vous désirez vous, peu importe ce que disent les autres. Et le démarrage du processus de création se situe toujours au fond de votre conscience, en relation étroite avec des consciences plus vastes. Tant que vous placerez votre attention sur l’extérieur de vous-même plutôt que sur l’intérieur, rien de très productif ne se produira. Le divin, l’acte divin de création, démarre de l’intérieur pour se projeter vers l’extérieur. L’inspiration est la capacité à laisser la Conscience vous accompagner. Identifier cet élan n’est possible que lorsque vous abandonnez (temporairement au moins) les contraintes extérieures pour revenir sur la seule ressource qui compte : votre connexion avec l’essence, le cœur de votre être. Tant que vous laisserez l’extérieur vous chahuter vous aurez toujours l’impression de manquer de ressources parce que votre lien à votre hyperconscience sera altéré.

Ce ne sont pas les ressources qui manquent, ce sont les nouvelles idées à développer. Votre insécurité concernant vos ressources provient du fait que vous avez perdu votre alignement, que vous avez laissé vos pensées vous donner une perspective résistant au bien-être.

Vous pouvez bien sûr continuer de repousser l’utilisation de votre mental en faisant la liste de tout ce dont vous auriez idéalement besoin pour parvenir à un objectif. Si par exemple vous vouliez écrire un livre vous voudriez trouver un ordinateur portable qui soit agréable pour dactylographier des heures durant, un logiciel agréable pour travailler votre texte, tout ce qui pourrait vous rapprocher d’un maximum de bien-être en écrivant… Toutefois, auriez-vous l’inspiration pour écrire ? Ne suffirait-il pas de feuilles et d’un stylo ? Est-ce qu’il ne serait pas plus facile d’être loin des turbulences de l’informatique ? A quel moment dans l’histoire est-ce que votre mental sera vraiment aligné avec l’idée d’écrire ? Avec l’idée de matérialiser du contenu intéressant ? Tous vos besoins ne sont-ils issus d’une tactique de procrastination ? La majorité des livres ont été écrits à la plume vous savez…

Plutôt que de fluidifier la situation, votre investissement massif dans les ressources extérieures risque de vous faire oublier d’où provient votre pouvoir sur la réalité. Il y a des gens qui sont impressionnants par tous les succès qu’ils accumulent, en général, ces gens sont très doués pour faire beaucoup à partir de peu. Ils ont appris à créer sans se reposer sur l’environnement, ils projettent leur énergie vers l’extérieur, ils appliquent leurs idées, ils maintiennent leur clarté mentale.

Il se passe quelque chose de véritablement magique lorsque vous accordez du temps aux projets qui vous inspirent : votre résistance s’atténue. En fait, lorsque vous êtes occupés à canaliser votre énergie selon votre véritable envie, votre esprit cesse d’alimenter les pensées résistantes. Dans cet état, vous êtes. Vous êtes. Il n’y a plus rien d’autre que l’instant présent et vous oubliez la notion du temps. C’est dans ces instants-là que vous êtes réellement productifs et que vous progressez. Non seulement vous êtes en harmonie avec votre projet mais en plus les obstacles se défont d’eux-mêmes, ces mêmes obstacles que votre esprit alimentait juste avant. Dans ces moments-là, vous êtes en train de créer, tout simplement. Le déblocage que provoque cet instant va fluidifier tous les autres aspects de vos vies, il suffit simplement d’accorder du temps à ce qui vous rend heureux, progressivement.

Tout se situe dans vos idées. Si vous vous donnez la chance de redécouvrir vos capacités à avoir des idées, alors vous aurez toujours des solutions et vous pourrez transformer tout obstacle en progrès. Vous devez simplement tenir votre envie dans votre esprit, puis avoir confiance en l’Univers pour mettre en place le reste. Lorsque vos plans tombent à l’eau, vous venez en fait d’affiner votre intelligence. Rappelez-vous toujours que l’Univers veut vous apporter ce que vous désirez, si vous essuyez des échecs, c’est le signal que vous n’étiez pas encore tout à fait au point. Si vous désirez véritablement une chose, alors vous êtes en train de recevoir la formation nécessaire pour sa concrétisation. Il s’agit simplement d’un apprentissage.

Cet apprentissage réside davantage dans l’être que dans l’avoir car c’est en étant en phase avec un objectif que votre énergie concrétise cet objectif. Tous les êtres qui ne veulent justement plus être et devenir résistent au bien-être. A chaque fois que vous campez sur vos positions quand une partie de vous voudrait transformer votre expérience, alors votre situation dégénère et le contraste devient de plus en plus pesant. Vous ne pouvez pas réclamer une chose et en même temps ne pas changer. Vous ne pouvez pas réclamer la prospérité sans devenir riche à l’intérieur. Si nous avons quitté notre perspective atemporelle pour manipuler la matière dans le temps, alors obtenir sans devoir adapter notre vibration n’aurait aucun sens. Il ne s’agit pas de se faire du mal, de souffrir mais d’avoir l’intention d’apprendre, de se concentrer sur la joie de devenir plus.

Vous pouvez blâmer tous ceux qui vous entourent de vous ôter le pain de la bouche, tant que vous le ferez, vous n’auriez rien compris à votre pouvoir personnel. C’est à vous de créer ce qui vous manque, de comprendre que vous disposerez des moyens quand vous serez disposés à les voir.

Qu’avez-vous fait de vous aujourd’hui ? Nous ne parlons pas de ce que vous possédez, mais de ce que vous êtes. Avez-vous accordé du temps à ce qui vous inspire ou avez-vous accordé du temps aux conneries que débitent les autres ? Avez-vous fait quelquechose de constructif, appris quelquechose d’utile ? Ou alors peut-être avez-vous fait encore une fois le constat de tout ce qui ne marche pas ? Vous rendez-vous compte du pouvoir que vous donnez aux circonstances sur votre vie ?

Vous pouvez abandonner tout ce que racontent les autres. Ce qui ne marche pas chez eux ne doit pas avoir d’impact sur vous. Lorsque vous choisirez de déposer le fardeau de leurs inquiétudes et que vous aurez les yeux tournés vers votre idéal de vie, alors seulement votre énergie pourra construire ce que vous méritez. Cet acte de positivisme n’est pas un déni de réalité, il est simplement un choix conscient. C’est en fait le choix le plus responsable que vous puissiez avoir car il remplace la difficulté par le bien-être. Encore une fois vous n’êtes pas des damnés, vous vivez déjà dans la cité des Dieux, simplement, la majorité des Dieux ont oublié leur nature… Admirer le potentiel des choses et faire le choix d’amplifier ce qui nous plaît est faire un exemple. Utiliser votre énergie ainsi, vous reconnecter à ce potentiel infini, penser à la loi d’attraction et focaliser votre attention intelligemment est l’assurance de votre indépendance, de l’abondance de vos ressources. Cette manière d’entretenir la circulation de l’énergie de l’intérieur vers l’extérieur, de faire la volonté de votre divinité intérieure est l’assurance de votre indépendance. Jamais vous ne reposerez dangereusement sur les autres puisque vous saurez diriger votre expérience avec vos ressources.

En effet, le seul leadership que nous acceptons est celui qui nous permet de nous guider par nous-même. Jamais nous ne devrions prendre exemple d’une personne qui ne réveille pas en nous notre divinité et notre indépendance. Il est dangereux de suivre une autre personne dans son énergie. L’Univers est auto-organisé et nos vies s’apaisent lorsque nous acceptons de laisser l’énergie nous guider. Vous ne devrez plus jamais reposer sur les autres mais emporter leur adhésion. La synergie s’instaure dès que chaque élément d’un groupe apporte et échange avec les autres, jamais lorsque les uns suivent aveuglément les autres. En termes d’attraction, il est suicidaire de laisser les autres nous embarquer dans notre énergie sans surveiller ce processus. Vous pouvez bénéficiez de l’énergie des autres seulement si vous apportez quelque chose vous aussi, autrement, tous les déséquilibres s’installent. Tous les dogmes et toutes les organisations qui briment l’individu et tentent de limiter l’expression de son intériorité, la création, vont à l’encontre de la nature fondamentalement créatrice de la conscience et de ses ressources illimités.

Bien sûr, je sais qu’il n’est pas facile pour vous de quantifier l’usage de votre esprit quand on voit à quel point tout autour de vous peut vous déposséder de vous-même. Beaucoup de nos nouvelles technologies ne sont pas libératrices mais réclament notre temps. Paradoxalement, notre mental est occupé par ce qui ne nous intéresse pas véritablement et il est pénible de savoir quand l’activité devient de la suractivité.

Lorsque votre esprit s’attache à une idée, votre mental à tendance à l’étudier sous toutes les coutures. Votre énergie a tendance à se bloquer car votre esprit se met à produire des scénarios et des points de vue parasites. Bientôt vous bloquez la situation lorsque vous agissez trop et pensez trop. Moi-même, je me fais régulièrement prendre au piège de la suractivité. Pourtant, nous ressentons plutôt rapidement quand nous devenons inefficace, puisque nous nous sentons mal. Tous ceux qui continuent de forcer une situation se font du mal. Aussi étrange que puisse paraître l’idée, une fois que nous suivons une idée, nous devons aussi la laisser aller. Souvent, les gens qui viennent me voir se sentent bloqués, ils culpabilisent parce qu’ils pensent qu’ils n’ont pas fait tout ce qu’ils ont pu. Cette angoisse est nocive car vous rentrez dans un cercle vicieux. Parfois, pour être productif, il ne faut plus agir. Détendre votre esprit disperse les blocages et l’Univers peut vous emmener vers l’étape suivante.

Ce genre d’angoisse survient souvent vis-à-vis des échéances. A trop vouloir accomplir, on oublie de se sentir bien au présent. Finalement, notre efficacité réside dans notre capacité à garder l’esprit clair sans qu’il soit hyperactif car notre bien-être au présent détermine notre ouverture au bien-être. Personnellement, mes guides m’ont appris à travailler par segments.

Un segment consiste en une unité de temps modulable, généralement de quelques heures. Durant chaque segment, concentrez-vous sur l’accomplissement d’une seule chose. De temps en temps, revenez à la liste de tout ce que vous voulez et de tout ce que vous devez faire. Lorsque vous vous concentrez sur l’organisation de cette liste, vous n’êtes pas angoissés parce que vous avez en perspective l’ensemble des choses à régler. Et, lorsque vous choisissez d’accorder toute votre attention à une seule chose pendant quelques heures, alors vous n’avez pas le temps de stresser, votre énergie s’investit ailleurs que dans le stress. Ensuite, vous pouvez enfin glisser d’un segment à un autre et compter vos accomplissements en fin de journée. C’est une mentalité très différente de celle qui nous fait dire : « il reste encore tout ça à faire ». Progressivement, on s’habitue à orienter notre énergie dans le bon sens et on accomplit de plus en plus de choses. Le plus dur reste de vaincre la petite résistance qu’on a toujours lorsqu’il faut entrer dans un nouveau segment, finalement, une fois que vous vous êtes mis à une nouvelle tâche, votre esprit n’investit plus dans la résistance mais dans la tâche en elle-même. Il s’agit vraiment d’aiguiller votre énergie, de commuter, ensuite tout roule.

Gérer la liste de choses à faire permet de faire sortir de votre tête l’ensemble des pensées parasites relatives à votre productivité. Visualiser cette liste et faire le tour de ses éléments en se concentrant sur le résultat que l’on souhaite envoie les premières requêtes. Vous pouvez déléguer à volonté, demander plus d’énergie pour une tâche particulière, demander à vos guides de vous assister plus particulièrement. En termes d’attraction, votre vibration évolue progressivement pour devenir compatible avec l’accomplissement, en dernier lieu, il suffit d’un zeste de courage pour obtenir des résultats spectaculaires.

Qu’il s’agisse de ressources matérielles ou de motivation, il suffit d’adopter une nouvelle énergie. Il est important que vous semiez dans votre esprit de nouvelles idées, de nouveaux rêves. Il faut laisser une chance au divin de s’occuper de tout ce qui vous dépasse, sans limiter son champ d’action en voulant en faire trop.